Attentats en Catalogne : les terroristes ont fait au moins trois séjours en France

Attentats en Catalogne : les terroristes ont fait au moins trois séjours en France
Des membres de la cellule de Ripoll seraient allés au moins trois fois en France avant de perpétrer les attentats en Catalogne.

Orange avec AFP, publié le vendredi 08 septembre 2017 à 21h10

L'enquête sur la cellule terroriste qui a commis les attentats de Barcelone et de Cambrils les 17 et 18 août derniers avait établi qu'une partie des auteurs avaient effectué un séjour à Paris moins d'une semaine avant de passer à l'acte. Le Figaro rapporte vendredi 8 septembre qu'ils auraient en fait effectué au moins trois voyages dans l'Hexagone.

Les enquêteurs savaient déjà que le conducteur de la camionnette blanche qui a fauché les passants à Barcelone, Younes Abouyaaqoub, et un complice, s'étaient rendus à Paris, les 11 et 12 août.

Leur Audi A3 -utilisée ensuite dans l'attaque de Cambrils- avait été flashée dans l'Essonne, tandis que le bornage de leurs téléphones mobiles a révélé qu'ils s'étaient rendus longuement à la tour Eiffel. Ils avaient également acheté un appareil photo à la Fnac Saint-Lazare.


Mais, selon Le Figaro, de nouvelles investigations ont permis d'établir que des membres de la cellule de Ripoll s'étaient rendus en France deux autres fois. D'abord en décembre 2016, puis en juillet 2017. Les enquêteurs ignorent toujours le but de ces voyages. "Pourquoi ils étaient là, est-ce que c'était pour faire des repérages, est-ce que c'était pour récupérer des choses, est-ce que c'était pour rencontrer des gens ?", s'était interrogé le procureur de Paris, François Molins le 23 août.

Des preuves du passage des terroristes à Paris les 11 et 12 août ont par ailleurs été retrouvées à Alcanar, dans les ruines de la maison qui leur servait de laboratoire de production d'explosif, assure Le Figaro. Les enquêteurs y ont retrouvé la facture de l'hôtel où ils ont séjourné à Malakoff, de même que l'appareil photo acheté à la Fnac et une facture de péage.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU