Attentats dans l'Aude : comment Macron a réagi

Attentats dans l'Aude : comment Macron a réagi

Emmanuel Macron a érigé la lutte contre le terrorisme au rang de priorité nationale.

A lire aussi

leparisien.fr, publié le lundi 26 mars 2018 à 08h03

Avec les attaques terroristes de Trèbes et de Carcassonne, le chef de l'Etat doit gérer le deuxième attentat de son quinquennat, le plus grave depuis son accession à l'Elysée. Pas question de montrer le moindre flottement.

Un chef de l'Etat en première ligne face à la menace terroriste. Emmanuel Macron en a fait un sujet éminemment présidentiel dès son élection, avec la mise en place d'une « Coordination nationale du renseignement et de la lutte contre le terrorisme » à l'Elysée. Avec les attaques de Trèbes et de Carcassonne (Aude), attentat le plus meurtrier depuis le début de son quinquennat, le voilà mis à l'épreuve. Pas question de montrer le moindre flottement, de laisser l'inquiétude s'emparer du pays.

Depuis vendredi, le message adressé est le suivant : « On est là, tout de suite. Il n'y a pas d'effet de sidération », décrypte un proche, jugeant qu'il faut « rassurer les Français ». D'où le souci de se montrer aux commandes et sur le terrain. En témoigne cette consigne du président à Gérard Collomb : passer du temps à Trèbes, vendredi soir. « Il lui a dit qu'il était important de voir du monde sur place », confie son entourage.

LIRE AUSSI >Un « hommage national » sera rendu au gendarme Arnaud Beltrame

Au sommet de l'Etat on l'admet, « la communication a été très politique ». Et la diffusion des informations très maîtrisée. Dès le début de la crise, elle a été prise en main par les cabinets du ministre de l'Intérieur et de l'Elysée, quitte à court-circuiter les canaux institutionnels de la police et de la gendarmerie.

La contre-attaque passe aussi par l'image. Montrer, via des photos ou des vidéos, le début des réunions stratégiques, comme samedi à l'Elysée ou vendredi place Beauvau, permet « d'incarner la parole publique », décrypte un conseiller, « de montrer qu'il n'y a aucun temps mort ».

Samedi, au cours de la réunion de coordination, le président a ainsi demandé aux préfets de convoquer les services chargés du suivi des personnes radicalisées cette semaine. Tout sauf une nouveauté : en réalité, ces rendez-vous se tiennent déjà de manière hebdomadaire. Mais il s'agit de le faire savoir, « de montrer aux Français que cela existe, qu'il y a un suivi partout ».

Et d'anticiper les potentielles critiques sur la surveillance dont faisait l'objet l'islamiste Radouane Lakdim dans l'Aude, qui ont commencé hier avec le secrétaire général délégué de LR attaquant « la naïveté » du gouvernement.

Emmanuel Macron, qui a érigé la lutte contre le terrorisme au rang de priorité nationale le sait, il sera jugé sur « sa capacité à faire face, à organiser la riposte ». Et à maintenir l'unité du pays, alors que se préparaient, hier encore, les hommages aux victimes.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
6 commentaires - Attentats dans l'Aude : comment Macron a réagi
  • On se le demande tous. Mais surtout nous attendons avec impatience. Mais surtout pas avec des mots ou des mines de circonstance, mais avec des actes.

  • Le temps n'est plus aux discours et au parfum de bonne conscience...ce sont des actes forts et courageux qui doivent être mis en œuvre...l'état de droit doit être rétabli dans les zones dites sensibles...nos chers dirigeants qui dorment paisiblement la tête enfouie dans le sable doivent cesser d'ignorer que ces zones sensibles sont aussi le vivier du salafisme...

  • Nous ne sommes plus en sécurité en France , Avec des milliers d 'islamistes radicalisés sur place ou revenant de Syrie , notre politique est molle et inefficace . A lors qu'il faudrait expulser hors de France ou les enfermer tous ces meurtriés en puissance .
    Nous subissons la présence de ces personnes qui attendent que leurs combats contre nous !
    Agissons avant de nouveaux attentats et meurtres .
    Démission du premier ministre , pas à la hauteur et le remplacer par Laurent Wauquiez
    Démission du ministre de l' intérieur à remplacer par MR Valls .

  • en continuant à épargner les quartiers sensibles comme ses prédécesseurs, il entretient de fait les pouponnières à terroristes! mais comme c'est le peuple qui trinque, c'est pas grave, ça fait des commémorations à venir! sonnerie aux morts !... et au fait : combien de minutes se sont écoulées depuis que ce taré a tué les occupants de la voiture qui lui a servi ensuite? 20 minutes? 25?... comme personne n'est armé en France sauf les malfrats et dealers et terroristes (20 000), pas même les vigiles du Super-U de Trèbes, ça fait long pour attendre ceux qui sont chargés de vous protéger, non?... 20 000 radicalisés en France, ça fait 200 par département! .. réfléchissez combien de chances vous avez de passer au travers !

  • en continuant à épargner les quartiers sensibles comme ses prédécesseurs, il entretient de fait les pouponnières à terroristes! mais comme c'est le peuple qui trinque, c'est pas grave, ça fait des commémorations à venir! sonnerie aux morts !... et au fait : combien de minutes se sont écoulées depuis que ce taré a tué les occupants de la voiture qui lui a servi ensuite? 20 minutes? 25?... comme personne n'est armé en France sauf les malfrats et dealers et terroristes (20 000), pas même les vigiles du Super-U de Trèbes, ça fait long pour attendre ceux qui sont chargés de vous protéger, non?...