Attentat de Magnanville : six suspects interpellés, dont une policière

Attentat de Magnanville : six suspects interpellés, dont une policière

Magnanville (Yvelines), juin 2016. Larossi Abballa aurait pu bénéficier de plusieurs complicités pour l'assassinat de Jean-Baptiste Salvaing et Jessica Schneider.

leparisien.fr, publié le lundi 09 avril 2018 à 15h17

Les enquêteurs cherchent à établir avec quelles complicités Larossi Abballa a pu tuer en juin 2016 un couple de policiers.

Six nouvelles interpellations ont eu lieu ce lundi dans l'enquête sur le double meurtre en juin 2016 d'un couple de policiers à Magnanville, dans les Yvelines. Les enquêteurs cherchent à savoir avec quelles complicités le terroriste Larossi Aballa a pu tuer, à leur domicile, deux agents de police, en juin 2016.

Parmi ces nouveaux gardés à vue, figurent une major de police, ancienne responsable syndicale et les membres de son entourage. Selon L'Express, cette gradée avait déjà été visée par une enquête de la police des polices (IGPN) après l'attentat de juin 2016, les enquêteurs ayant découvert qu'elle avait hébergé une jeune fille radicalisée, proche de sa fille. Cette dernière, également présentée comme radicalisée, figurerait également parmi les gardés à vue. Selon plusieurs sources proche du dossier, c'est même elle qui est au coeur de cette nouvelle vague d'arrestations, sa mère n'étant pas à ce stade directement mise en cause.

Selon Le Point, les interpellations, menées par les enquêteurs de l'antiterrorisme (Sdat), épaulés par le Raid, ont eu lieu aux Mureaux et à Mantes-la-Jolie.

Le 13 juin 2016, Larossi Abballa, 25 ans, avait assassiné avec un couteau Jean-Baptiste Salvaing, 42 ans, officier de police au commissariat des Mureaux (Yvelines), et sa compagne Jessica Schneider, 36 ans, policière également, avant d'être abattu par le Raid. L'attaque, menée au domicile des victimes à Magnanville (Yvelines), devant leur enfant, avait été revendiquée par Abballa en direct sur les réseaux sociaux.

Trois djihadistes ont été mis en examen dans cette affaire, l'un d'eux étant en détention provisoire.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.