Attentat dans l'Aude : le cas Lakdim n'apparaissait plus prioritaire

Attentat dans l'Aude : le cas Lakdim n'apparaissait plus prioritaire

Radouane Lakdim sur une photo non datée.

leparisien.fr, publié le dimanche 25 mars 2018 à 21h30

Le suivi de Radouane Lakdim, auteur des attentats dans la région de Carcassonne, avait été évoqué récemment en préfecture de l'Aude, lors d'une réunion de coordination sur les individus radicalisés.

« Radouane Lakdim » : ce nom revenait régulièrement lors des réunions de l'état-major de sécurité en préfecture de l'Aude. Réuni de manière hebdomadaire dans chaque département sous l'égide du préfet, ce cénacle de policiers et de gendarmes est chargé de faire le point sur la surveillance des personnes radicalisées. Le jeune Franco Marocain de 25 ans était « dans les radars », comme disent les spécialistes, au même titre qu'une quarantaine d'autres islamistes.

LIRE AUSSI >Attaques terroristes dans l'Aude : le récit de 4 heures de terreur

Selon une source proche du dossier, son cas avait été examiné récemment lors d'un groupe d'évaluation. Il n'apparaissait plus comme un objectif prioritaire, contrairement à d'autres cibles au « profil plus inquiétant ». Il aurait même été envisagé « de manière collégiale » de ne plus évoquer son cas dans les futures réunions de coordination. Sans pour autant remettre en cause sa fiche S. Aucun signe avant-coureur de passage à l'acte n'avait en effet été détecté selon le procureur de la République de Paris, François Molins, au terme de sa surveillance.

Surveillé de près entre 2014 et 2016Lakdim avait été repéré dès 2014, son nom étant régulièrement cité dans les synthèses que le Renseignement territorial (RT, les ex-Renseignements généraux) consacrait à la cité Ozanam de Carcassonne. Là où il menait sa vie de petit dealer. Mais il y a quatre ans, ce petit délinquant s'est mis à prôner des idées salafistes radicales sur les réseaux sociaux et à échanger avec des individus considérés comme plus radicalisés que lui. D'où un changement d'échelle dans la surveillance. Il est suivi cette fois par l'antenne locale de la DGSI, en charge de la lutte antiterroriste. Entre 2014 et 2016, des procédures de surveillance « plus lourdes » que celles habituellement prévues pour « le type de signaux qu'il laissait transparaître », ont été mises en œuvre, selon un bon connaisseur de l'affaire, qui évoque « toute la panoplie » des moyens de renseignement.

En août 2016, alors que Radouane Lakdim est incarcéré à la prison de Carcassonne, sa radicalisation aurait été signalée à l'administration pénitentiaire. A sa sortie, un mois plus tard, il aurait de nouveau été « pris en compte » par l'antenne locale du renseignement intérieur et ce jusqu'en 2017. L'enquête judiciaire doit maintenant permettre de comprendre pourquoi Lakdim a décidé le 23 mars de passer du prosélytisme à l'assassinat. Avait-il soigneusement mûri et dissimulé son projet ou a-t-il choisi soudainement de passer à l'action ?

LIRE AUSSI >Attentat dans l'Aude : le gendarme Arnaud Beltrame est mort poignardé au cou

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
17 commentaires - Attentat dans l'Aude : le cas Lakdim n'apparaissait plus prioritaire
  • par respect pour les familles des victimes et de toute la nation française, quand va-t-on supprimer cette photo que l'on affiche à chaque sujet de ce drame traité sur internet...

  • Tout à fait d'accord comme Joss71. Il ne faut pas sous-estimer ces fous de Dieu comme avait prévenu une étudiante Iranienne juste avant la guerre en Syrie

  • Et pourquoi ne pas faire un petit referendum, pendant qu'on y pense tous, sur l'expulsion immédiate au pays de leurs ancêtres et le retrait de la nationalité française, de tous les fichés S et de leurs ascendants, éducateurs fautifs voire complices silencieux dans le pire des cas...
    Les responsables du Pays de leurs ancêtres refusent? Eh bien, on les menace de saisir tous leurs avoirs en France et on leur interdit le Territoire, et ils vont changer d'avis ... Et évidemment en plus, on menace de sucrer les subventions...

  • A quoi servez vous? Pensez vous que les salafistes vont défiler avec des banderolles pour annoncer leur passage à l'acte? Vous êtes des bisounours. La mort des innocentes victimes pesera t'elle sur vos conscience? je n'en suis pas certain?

  • avatar
    Orphee  (privé) -

    Comme quoi il ne faut JAMAIS faire confiance à ces gens là ils sont tous faux et ce sont les rois des menteurs même le meilleur ne vaut pas cher.