Attaques terroristes dans l'Aude : Lakdim devait être entendu par la DGSI

Attaques terroristes dans l'Aude : Lakdim devait être entendu par la DGSI

Radouane Lakdim sur une photo non datée.

leparisien.fr, publié le mardi 27 mars 2018 à 15h37

Fiché « S » depuis 2014 et inscrit depuis novembre 2015 au Fichier des signalements pour la prévention et la radicalisation à caractère terroriste, Radouane Lakdim devait être entendu par la DGSI.

Radouane Lakdim, qui a assassiné quatre personnes et blessé quinze autres dans des attaques djihadistes, vendredi, dans l'Aude, devait être entendu par la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI). Il avait été convoqué à un « entretien d'évaluation », selon une source policière.

Une lettre de convocation lui avait été expédiée en mars pour cet entretien dans un commissariat mais aucune date précise n'avait été fixée. Fiché « S » (pour « sûreté de l'Etat ») depuis 2014 et inscrit depuis novembre 2015 au Fichier des signalements pour la prévention et la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT), Lakdim devait reprendre contact avec les services du ministère de l'Intérieur pour fixer cette date de rendez-vous, précise par ailleurs RTL.

Selon nos informations, « un entretien administratif, technique couramment utilisée par les services de renseignement, était également prévu avec l'intéressé pour poursuivre les investigations. Ces entretiens se pratiquent le plus souvent avec l'entourage des objectifs ou les objectifs eux même dont on pense qu ils ne présentent pas de signes de radicalisation violente et a fortiori de risque de passage à l'acte » rapporte une source proche du dossier.

Son « suivi effectif » était « toujours en cours en mars 2018, mais n'avait pas permis de mettre en évidence des signes précurseurs d'un passage à l'acte, ni des velléités de départ sur la zone irako-syrienne », a affirmé le procureur de Paris François Molins lundi soir lors d'une conférence de presse.

LIRE AUSSI >Attentat dans l'Aude : le cas Lakdim n'apparaissait plus prioritaire

Lakdim avait été « détecté » et était suivi par la DGSI depuis le mois de mai 2013 « en raison de ses contacts avec un individu défavorablement connu et condamné pour des faits d'association de malfaiteurs en vue de la préparation d'actes de terrorisme commis en 2008 », précise une source policière.

Une radicalisation « latente »Plusieurs informations parvenues en mai 2014 faisaient également état d'une « radicalisation latente » de l'intéressé et de velléités de départ en Irak ou en Syrie. Une fiche « S » avait alors été émise par le service afin de suivre ses déplacements et connaître ses fréquentations.

Ces investigations n'avaient révélé aucun signe de radicalisation violente, aucune velléité de départ, ni de contact avec des individus connus pour leur radicalisation violente, a précisé cette source.

Le contenu de son compte Facebook, attestant un intérêt pour l'idéologie djihadiste, avait à nouveau attiré l'attention des services de renseignement en septembre 2017, qui avaient mené une nouvelle évaluation de sa dangerosité potentielle.

Hormis des contacts avec un individu connu et condamné pour apologie de terrorisme, ces investigations n'avaient donné aucun résultat probant.

Deux proches de l'assaillant, dont sa compagne de 18 ans fichée comme lui pour radicalisation, étaient toujours en garde à vue mardi matin.

LIRE AUSSI >Attentats dans l'Aude : le gendarme Arnaud Beltrame est mort poignardé au cou

Menée par un dihadiste connu des services de renseignement, les attaques de Carcassonne et Trèbes ont déclenché des critiques venant de la droite et à l'extrême droite sur le suivi des personnes radicalisées. La présidente du FN, Marine Le Pen, a fustigé une « défaillance profonde » dans la lutte contre le terrorisme, tandis que le dirigeant de Les Républicains, Laurent Wauquiez, a dénoncé une « coupable naïveté » d'Emmanuel Macron.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
23 commentaires - Attaques terroristes dans l'Aude : Lakdim devait être entendu par la DGSI
  • Pas besoin de convocation pour celui-là, il s'est exprimé spontanément tout seul.

  • c'est pas pensable...il n y avait pas de signes précurseurs.......non mais vous croyez que ces terroristes vont se faire remarquer avant de passer a l'acte....quelle naiveté.......S ils sont fiches S ils sont potentiellement dangereux...et dire qu on lui a adresse une convocation pour un entretien ......sans date précise.....alors la on atteint les sommets du ridicule......

  • entendu pour quoi faire ? pour s'entendre dire :" c'est bon , je suis revenu dans le droit chemin " ; et alors , devrait-on croire sur parole ce genre de crasse ?

  • mais c'est complètement débile de le convoquer à un commissariat car cela a certainement déclencher se haine des policier et accélérer son projet d'attentat. Ces mec là on devrait rouvrier le bagene de Cayenne et les parsuer jusqu'a la fin de leur jour et croyez moi ils ne pourrait pas s'échapper car Papillon c'est pas tout à fait le film.

  • Avec Wauquiez et Le Pen on aurait vu ce qu'on aurait vu y parait.Je suis pas maso mais j'ai 74 ans donc fait le plus gros j'aimerais presque voir un des deux aux manettes par curiosité.