Attaque à Liège : qui est l'assaillant, Benjamin Herman

Attaque à Liège : qui est l'assaillant, Benjamin Herman
Liège (Belgique), mardi 29 mai 2018. Les enquêteurs sur le boulevard d'Avroy, où deux policiers et un homme de 22 ans ont été tués.
A lire aussi

leparisien.fr, publié le mardi 29 mai 2018 à 19h10

Agé de 35 ans, le petit délinquant, qui se serait radicalisé en prison, avait bénéficié d'une permission de sortie de sa prison pour préparer sa réinsertion. Il a été abattu par la police.

Un nouveau personnage dans la galaxie terroriste ? L'homme qui a tué deux policières et un étudiant de 22 ans ce mardi matin dans une grande artère de Liège (Belgique), avant de blesser quatre policiers et d'être abattu, s'appelle Benjamin Herman. Le procureur du Roi, qui a ouvert une instruction pour infraction terroriste, n'a fourni aucun détail sur l'assaillant mais doit s'exprimer ce mercredi.

Fiché pour radicalisme

Agé d'une trentaine d'années - il est né en 1982 - il aurait effectué « plusieurs séjours en prison ». D'après des codétenus cités par les médias, il serait très violent. La RTBF évoque un profil psychologique « instable ». L'auteur était connu pour des faits de droit commun. S'il présentait un profil de délinquant (vols, trafic de drogue, coups et blessures), il n'était pas spécialement connu pour radicalisme. Toutefois, selon la Dernière Heure, il était fiché pour cette raison, ce que confirment la RTBF et l'AFP. Il se serait radicalisé en prison au contact d'un islamiste.

Une permission de sortie lundi

Détenu dans une prison de la région de Liège, à Marche-en-Famenne (Wallonie), il avait bénéficié lundi d'une nouvelle permission de sortie de deux jours pour préparer sa réinsertion. Incarcéré depuis 2003 mais libérable en 2020, il devait réintégrer sa cellule ce mardi. « Il avait déjà bénéficié de onze autorisations de sortie d'un jour et de treize congés pénitentiaires de deux jours qui s'étaient bien déroulés. Il était donc difficile de prévoir que cela se passerait mal à la 14ème fois », a déclaré le ministre de la Justice Koen Geens.

La mort d'un toxicomane

Selon Paris Match, Benjamin Herman est fortement suspecté d'avoir fait une première victime la nuit dernière, ce qui n'a pas été confirmé officiellement. Selon le site de l'hebdomadaire, le corps sans vie d'un toxicomane de la région, âgé de 30 ans, a été retrouvé ce matin près de Marche-en-Famenne, où le repris de justice aurait passé une partie de la nuit chez sa grand-mère. L'homme avait été tué à coups de marteau. Une bijouterie a également été cambriolée dans la commune voisine de Rochefort.

« Son objectif était de s'en prendre à la police »

Ce mardi matin, vers 10 h 30, c'est armé d'un couteau que Benjamin Herman a agressé deux policières, âgées de 45 et 53 ans, derrière en leur portant plusieurs coups de couteau par derrière. Il s'est ensuite emparé de leurs armes de services et les a utilisées pour les tuer. Il a continué à pied et tué un jeune homme de 22 ans assis dans un véhicule stationné.

L'homme est ensuite entré dans le lycée de Waha, où il a pris en otages deux femmes de service qui y travaillait. Les élèves ont été évacués par l'arrière et aucun n'a été touché. Lors de l'intervention des policiers, le meurtrier est sorti en faisant feu, blessant quatre policiers aux jambes, dont l'un grièvement, avant d'être abattu.

Selon les médias, Benjamin Herman serait mort une demi-heure environ après le début de l'attaque.

Les motivations du tireur restaient floues en début d'après-midi. Une porte-parole du parquet de Liège n'a pas pu confirmer les informations de presse selon lesquelles il aurait crié « Allah Akbar » en s'en prenant aux policiers. « L'objectif de l'assassin était de s'en prendre à la police », a expliqué ce mardi après-midi le chef de la police de Liège, Christian Beaupère.

Des images diffusées par la chaîne privée RTL montraient l'assaillant abattu étendu sur un trottoir, entièrement vêtu de noir, face contre le sol.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.