Attaque à la voiture-bélier: la mort d'une "famille modèle" musulmane au Canada

Attaque à la voiture-bélier: la mort d'une "famille modèle" musulmane au Canada
Des personnes rendent hommage aux membres de la famille tuée par une attaque à la voiture-bélier, devant un mémorial érigé près du drame, le 8 juin 2021 à London, Ontario, au Canada

publié le mercredi 09 juin 2021 à 00h32

Une mère "universitaire brillante", un père kiné amateur de cricket, des enfants bons élèves, une grand-mère aimante: originaires du Pakistan, les quatre victimes musulmanes d'une attaque à la voiture-bélier dimanche au Canada, formaient à bien des égards une "famille modèle" selon leurs proches.

L'attaque décrite comme un acte "terroriste" par le Premier ministre canadien Justin Trudeau a coûté la vie à trois générations de la famille Afzaal: Madiha Salman, 44 ans, son mari Salman, 46 ans, leur fille Yumna, 15 ans, et sa grand-mère paternelle, âgée de 74 ans.

Le fils du couple, Fayez, âgé de 9 ans, est le seul survivant de la tragédie. Grièvement blessé, il est toujours hospitalisé mais ses jours ne sont pas en danger.

La famille, qui se promenait ensemble comme elle avait coutume de le faire, attendait de traverser à un carrefour lorsque le suspect l'a délibérément fauchée dimanche soir à London, une ville de 500.000 habitants à 200 km au sud-ouest de Toronto, provoquant la stupeur et la colère de tout un pays.

"Tous ceux qui connaissaient Salman et le reste de la famille Afzaal savent la famille modèle qu'ils étaient en tant que musulmans, Canadiens et Pakistanais", ont décrit leurs proches, dans un communiqué. "Ils étaient toujours là à donner, à participer et répandre la bonté", peut-on lire.

- "Universitaire brillante" -

"Ils travaillaient extrêmement dur dans leur domaine et excellaient", ont-ils ajouté, décrivant des enfants "studieux à l'école".

Madiha Salman terminait son doctorat à l'université Western Ontario, située à London. Elle était arrivée en 2007 au Canada après des études universitaires dans son pays d'origine, qu'elle avait poursuivies au département de génie civil et d'environnement, sa spécialité.

"Elle était une universitaire brillante, une mère et une amie attentionnée", est-il écrit sur l'annonce de financement participatif "Gofundme" mise en place pour eux après le drame.

Ces dernières années, elle avait partagé sur Facebook des photos de ses enfants souriants ou de cadeaux qu'ils avaient confectionnés pour la fête des mères.

Son mari, Salman Afzaal, était kinésithérapeute et un "membre apprécié de la communauté de London". "Que ce soit lors de ses matchs de cricket locaux ou à la mosquée, la première chose que vous remarquiez c'était son sourire, aimable et accueillant", selon cette même source.

Leur fille Yumna, qui terminait sa 9e année (l'équivalent de la troisième, NDLR) à l'école secondaire Oakridge, est elle décrite comme une "amie bienveillante pour beaucoup". 

Elle "manquera beaucoup à ses camarades et au personnel de l'école", a écrit son établissement.

La grand-mère de Yumna et Fayez, mère de Salman, était quant à elle "un pilier de leur famille qui chérissait leurs promenades quotidiennes".

Deux cagnottes ont été mises en place sur des plateformes de financements participatifs pour soutenir l'enfant et organiser les obsèques. La première, publiée sur "LaunchGood", organisée par la mosquée de London et le Conseil national des musulmans canadiens, atteignait près de 700.000 dollars canadiens (474.000 euros).

Une seconde cagnotte, organisée par une proche de la famille et relayée par l'association des musulmans de l'université Western Ontario, comptait elle plus de 400.000 dollars canadiens mardi après-midi. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.