Angers : 16 étudiants marqués à la cuillère brûlante lors d'un bizutage

Angers : 16 étudiants marqués à la cuillère brûlante lors d'un bizutage

Un bizutage à Grenade, en Espagne, le 15 otobre 2015. (illustration)

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le mardi 19 décembre 2017 à 17h30

C'est un vieux rituel d'intégration qui semble avoir dérapé. Seize étudiants ont été brûlés avec des manches de cuillères chauffés lors d'une soirée de la prestigieuse École nationale supérieure d'Arts et métiers (Ensam), à Angers, a rapporté Le Monde mardi 19 décembre.


"Il y a un mythe qui veut que chaque gadz'art (surnom donné aux étudiants de l'Ensam) a le numéro de sa famille (étudiante, ndlr) tatoué la fesse.

Nomalement, c'est une espèce de mise en scène où on fait croire aux première année qu'on va les tatouer. On passe un glaçon (pour simuler la brûlure de l'aiguille) et après tout le monde rigole. Mais là, les choses ont été mal maîtrisées", a confié le directeur général de l'Ensam, Laurent Champaney, cité par Le Monde.

En effet, ce soir d'octobre, les organisateurs de la fête n'avaient pas de glaçons pour réaliser leur "illusion de tatouage". "Alors, ils ont fait chauffer des manches de cuillères. Ils ont testé sur eux et on dit que ça donnait une sensation de chaud. Mais il semble que l'opération ait été de moins en moins maîtrisée au fil de la nuit", a encore exploqié M. Champaney.

DES CHIFFRES TATOUÉS SUR UN BRAS

Selon Le Monde, qui a pu consulter des photos de la soirée, les brûlures laissent supposer bien plus qu'une simple "sensation de chaleur". On peut notamment y voir des chiffres tatoués sur un bras.

La directeur de l'Ensam Angers l'assure, les brûlures étaient superficielles et n'ont entraîné ni hospitalisation ni interruption temporaire de travail (ITT). Aucune plainte n'a d'ailleurs été déposée par les étudiants ou leur famille. Pour l'instant, aucune décision ni sanction n'ont été prises, selon Le Monde. Cependant, une commission disciplinaire est convoquée pour le 10 janvier, a fait savoir le ministère de l'Enseignement supérieur et de la recherche, qui "condamne" par ailleurs ces pratiques.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
44 commentaires - Angers : 16 étudiants marqués à la cuillère brûlante lors d'un bizutage
  • Le bizutage n'est-il pas devenu tout simplement interdit et hors-la-loi, donc répréhensible ????????

  • Et vous osez déclarer de prestigieuse cette ENSAM.
    Franchement il n'y a rien de prestigieux là dedans.
    Ce sont des méthodes d'un autre âge, je crois plus a un rassemblement de pervers que regroupent cette institution.
    La République ne tire aucune gloriole de toutes ces grandes écoles aux mentalités désuètes minables pitoyables; franchement je ne recommanderais jamais ce genre d'institution, on ne forme pas des êtres humains pour de hauts niveaux de connaissance avec e la culture basée sur la violence, avec cela l'on forme des pervers, bourreaux, des tortionnaires!
    En tous les cas ceci vu par la communauté internationale ne plaide pas à venir étudier en France, si l'on est pas capables de respecter les siens comment peut on respecter les étrangers.

  • Des membres de ma famille ont eu un nombre tatoué sur un bras, hélas pour eux, ce n'était pas du bizuthage. c'était en 42

  • même si on utilise des glaçons à la place de quelques chose de chaud, et faire croire que ça va chauffer, relève du sadisme que, normalement, le responsable de l'établissement ne devrait pas tolérer. après on s'étonne qu'il ya des dérives. je croyais que le bizutage était interdit?

  • je croyais que le bizutage était interdit, comme quoi QI élevé pas forcément plus raisonnables comme quoi éducation et instruction sont deux choses bien différentes