Allemagne: un chauffard ayant tué à dessein cinq passants devant ses juges

Chargement en cours
Hommage aux victimes d'un chauffard, à Trèves (Allemagne) le 2 décembre 2020
Hommage aux victimes d'un chauffard, à Trèves (Allemagne) le 2 décembre 2020
1/2
© AFP, Jean-Christophe VERHAEGEN

publié le jeudi 19 août 2021 à 14h00

Un chauffard de 51 ans comparaît depuis jeudi en Allemagne pour avoir tué cinq personnes, dont un bébé, et en avoir grièvement blessé 14 autres en fonçant dans une zone piétonne juste avant Noël, ivre et souffrant de psychose.

Ce drame avait semé l'effroi à Trèves, une ville du sud-ouest où les faits se sont déroulés le 1er décembre dernier.

Les juges de la Cour régionale de cette cité proche du Luxembourg devront déterminer si l'accusé, Bernd Weimann, n'est ou non que partiellement responsable de ses actes en raison de troubles psychiatriques avérés.

Des experts, mandatés par la justice, ont en effet établi que l'accusé, sur lequel peu d'informations ont jusqu'ici été livrées, souffrait de psychose.

Les enquêteurs ont écarté à l'époque des faits toute motivation politique, terroriste ou religieuse, mais sans pouvoir établir avec exactitude les raisons de son geste.

L'accusé n'a fait que des déclarations brèves et contradictoires lors de ses interrogatoires et indiqué ne plus se souvenir d'éléments précis. 

D'autres propos qu'il a tenus ont semblé très éloignés de la réalité concernant des événements qui lui étaient prétendument arrivés dans sa vie. 

Bernd Weimann, qui a gardé le silence à l'ouverture de l'audience, répond de quintuple meurtre, de tentative de meurtre dans 18 cas ainsi que de blessures graves dans 14 cas, selon l'acte d'accusation.

D'importantes mesures de sécurité ont été déployées pour ce procès, qui doit durer au moins jusqu'en janvier.

En début d'après-midi le 1er décembre dernier, au volant de son véhicule SUV, le quinquagénaire originaire de la région avait "heurté et écrasé des passants au hasard" dans une zone piétonne, selon la police.

La voiture avait parcouru entre 600 mètres et un kilomètre à vive allure, percutant tout sur son passage et suscitant la panique en cette période de l'avant Noël.

Selon l'accusation, il a foncé à dessein sur des passants afin de "provoquer un accident", a déclaré le procureur Eric Samel lors de la lecture de l'acte d'accusation, et afin "de tuer ou blesser de nombreuses personnes". 

L'homme était frustré par sa situation personnelle et était en outre alcoolisé au moment des faits. Il n'avait plus de domicile fixe et vivait dans son véhicule.

Comme il se sentait traité injustement, il a développé "une haine contre les gens", selon l'accusation.

- Course folle -

Au bout de sa course folle, il était sorti de son véhicule avant d'être interpellé. 

Parmi les victimes figurent un bébé de neuf semaines et son père de 45 ans qui n'ont eu aucune chance, selon l'accusation. 

La mère et un autre enfant d'un an et demi avaient pour leur part été gravement blessés. 

Une femme de 73 ans, une cycliste de  52 ans et une étudiante de 25 ans figurent aussi parmi les personnes tuées par le "conducteur fou".

"C'est une scène d'horreur!", s'était ému un porte-parole de la police juste après les faits alors que de nombreuses personnes blessées souffrent maintenant de troubles psychiques.

Deux d'entre elles font encore l'objet de soins, a précisé le parquet à l'ouverture des débats.

Plusieurs attaques à la voiture-bélier ont été menées ces dernières années en Allemagne par des forcenés souffrant de troubles psychologiques. 

La plus grave avait été perpétrée en avril 2018 à Münster. Un homme avait foncé avec sa camionnette sur un groupe de personnes réunies sur une terrasse devant un restaurant, tuant cinq d'entre elles, avant de se suicider par balle. 

En décembre 2016, un attentat au camion-bélier revendiqué par le groupe jihadiste Etat islamique avait fait 12 morts sur un marché de Noël à Berlin. L'Allemagne a également été meurtrie ces dernières années par des actes terroristes d'extrême droite. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.