Allemagne: plus de 12 ans de prison pour une mère qui prostituait son fils

Chargement en cours
Berrin Taha (g) et son compagnon Christian Lais (d) avec leurs avocats, le 7 août 2018 au tribunal de Fribourg, en Allemagne
Berrin Taha (g) et son compagnon Christian Lais (d) avec leurs avocats, le 7 août 2018 au tribunal de Fribourg, en Allemagne
1/2
© AFP, THOMAS KIENZLE

AFP, publié le mardi 07 août 2018 à 11h02

Une mère allemande a été condamnée mardi à 12 ans et demi de prison pour avoir abusé de son fils et l'avoir prostitué sur internet avec son conjoint, un pédophile récidiviste lui aussi condamné.

Berrin Taha, 48 ans, et son compagnon Christian Lais, 39 ans, un couple de chômeurs allemands, ont été reconnus coupables d'avoir abusé de l'enfant et de l'avoir prostitué entre mai 2015 et août 2017 via le Darknet, la partie de l'internet non référencée par les moteurs de recherche.

Le tribunal de Fribourg a ainsi condamné la mère à 12 ans et demi de détention, et assorti la peine de 12 ans du beau-père de mesures de rétention de sûreté pour retarder au maximum sa libération.

La mère du garçon ne s'est jamais expliquée. 

C'est une dénonciation anonyme à l'automne 2017 qui avait fait éclater l'affaire. Par la suite, les aveux du beau-père, déjà condamné pour pédophilie et détention de matériel pédopornographique dans le passé, ont permis les arrestations de clients, quatre Allemands, un Suisse et un Espagnol. 

Christian Lais a lui-même demandé au tribunal que sa peine soit assortie de mesures de rétention pour qu'il puisse suivre une thérapie.

Outre le couple, quatre autres personnes ont été condamnées ces dernières semaines à des peines allant de huit à dix ans de prison. 

Dernier verdict en date, lundi, Javier González Diaz, un Espagnol de 33 ans, a été condamné à une décennie de détention pour avoir violé l'enfant à plusieurs reprises, tout en filmant ses méfaits. 

En échange de plus de 10.000 euros versés au couple, il a effectué au moins à quatre reprises le trajet entre l'Espagne et Fribourg pour commettre ses sévices lors desquels le garçon était "humilié, insulté, ligoté, masqué et maltraité", selon le tribunal.

Les services de l'enfance, la justice et la police ont aussi été critiqués dans cette affaire car Christian Lais avait interdiction, en raison de sa condamnation passée pour pédophilie, d'être en contact direct avec des enfants. La victime, aujourd'hui âgé de 10 ans a été placé en famille d'accueil.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU