Agression à la sortie d'une synagogue: pas de caractère antisémite retenu

Agression à la sortie d'une synagogue:  pas de caractère antisémite retenu

Quatre adolescents accusés d'avoir agressé un autre à la sortie d'une synagogue ont été mis en examen mais le caractère antisémite n'a pas été retenu

AFP, publié le samedi 03 mars 2018 à 10h41

Quatre adolescents, accusés d'avoir agressé mercredi un autre jeune qui sortait d'une synagogue de la région parisienne, ont été mis en examen mais le caractère antisémite des violences n'a pas été retenu, a-t-on appris samedi de source judiciaire.

Les quatre mineurs, âgés de 14 à 15 ans, ont été mis en examen vendredi soir pour violences avec deux circonstances aggravantes: le fait qu'elles aient été commises "en réunion", et aux abords d'un établissement scolaire - la "synagogue" étant un centre culturel et cultuel hébergeant une école. Mais contrairement aux demandes du parquet de Pontoise, ville située à 25 km au nord-ouest de Paris, le juge des enfants n'a pas retenu la circonstance aggravante de violences commises en raison de la religion de la victime. 

Ils ont été placés sous liberté surveillée.

Ces quatre jeunes sans antécédents judiciaires sont accusés d'avoir agressé un garçon de 14 ans vers 20H00 mercredi, à la sortie d'un office où était célébrée la fête de Pourim.

La victime avait relaté avoir eu une première altercation dans un parc voisin de la synagogue, vers 18H00, alors qu'il jetait des pétards en compagnie de son frère et de sa soeur. Un groupe de huit jeunes l'auraient alors traité de "sale juif".

Deux heures plus tard, alors qu'il avait quitté le lieu de culte avant sa famille, il aurait été encerclé par une dizaine de jeunes qui lui auraient donné des coups, notamment avec une branche d'arbre, cassé ses lunettes et volé sa kippa tout en proférant des insultes antisémites, selon une source proche de l'enquête.

L'adolescent s'est vu prescrire deux jours d'incapacité totale de travail (ITT), a précisé l'une de ces sources. 

Les quatre adolescents du quartier - trois de 14 ans et un autre de 15 ans - avaient été interpellés plus tard dans la soirée.

"A l'issue de la garde à vue, certains reconnaissent les coups mais aucun le mobile antisémite", avait précisé une deuxième source proche de l'enquête. 

Fin janvier, une affaire impliquant dans ce même département un garçon juif de huit ans avait suscité une vive émotion dans la communauté juive et la classe politique. L'enfant avait rapporté que, alors qu'il portait sa kippa, deux jeunes l'avaient fait tomber avec un croche-pied avant de lui donner quelques coups au sol. Le parquet de Pontoise avait retenu le caractère antisémite de l'agression. 

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
41 commentaires - Agression à la sortie d'une synagogue: pas de caractère antisémite retenu
  • Je suis très surpris d'apprendre que l'insulte " sale juif " ne soit pas considérée comme antisémite, surtout quand elle est accompagnée de coups.

  • Querelle entre sémites.Le probleme est que ça se passe en france.

    Ha bon parce que vous avez des information sur l'origine ethnique des agresseurs.........??.......Et voila encore un jugement à l'emporte pièce.....

  • Il en sera peut-être question plus tard, comme pour la mort de Madame Halimi. De toutes façons la violence ne peut être tolérée, qu'elle soit raciste ou non. Il faut éduquer les enfants et punir ceux qui font du mal aux autres.

  • Les mêmes médias nient l'existence même de la délinquance tant que les victimes sont Françaises...

  • Je présume que les " associations " bien connues pour la vitesse de leur réaction ont : rien vu ,rien entendu ,rien lu ,
    et bien sûr rien dit et rien fait . Pensez donc " à la sortie de la synagogue "... cela ne rentre pas dans les statistiques ,
    contrairement à d'autres .