Affaire Lucie Roux : «Elle était hospitalisée en même temps que Nordahl Lelandais», témoigne sa sœur

Affaire Lucie Roux : «Elle était hospitalisée en même temps que Nordahl Lelandais», témoigne sa sœur
Portrait de Lucie Roux, disparue en 2012

leparisien.fr, publié le dimanche 22 avril 2018 à 20h13

La sœur de Lucie Roux, mystérieusement disparue il y a six ans en Savoie, exprime le désir de nouvelles investigations judiciaires et la terrible crainte de découvrir l'horreur.

C'est un témoignage troublant, qui pourrait établir un lien direct entre Nordahl Lelandais et une jeune femme mystérieusement disparue il y a 6 ans. Lucie Roux, 43 ans, était hospitalisée à l'hôpital psychiatrique de Bassens (Savoie), dans la banlieue de Chambéry, lorsqu'elle s'est proprement volatilisée le 16 septembre 2012. Or, Nordahl Lelandais, qui a avoué les meurtres de Maëlys et du caporal Arthur Noyer, se trouvait dans le même établissement pour des problèmes de dépression et d'alcoolisme.

Nordahl Lelandais/ DR

Suite à la médiatisation de « l'affaire Lelandais », l'avocat de la famille de Lucie Roux, Maître Christian Saint-André, a été contacté par une connaissance d'une ancienne patiente de l'hôpital de Bassens, amie de la disparue : « Selon elle, Lucie a déjeuné plusieurs fois, avant sa disparition, avec une amie et Nordahl Lelandais. Elle affirme être prête à apporter son témoignage aux enquêteurs », a déclaré l'avocat au Dauphiné Libéré.

Ce témoignage laisse donc penser que Lelandais et Lucie Roux se connaissaient. Maître Christian de Saint-André a décidé d'alerter le procureur de la république de Chambéry. La sœur de Lucie Roux, qui souhaite conserver l'anonymat, est extrêmement troublée par ces dernières informations. « Mon espoir maintenant, c'est que l'enquête soit rouverte. Car avec ce témoignage qui semble sérieux, on sait que Lelandais et Lucie étaient à l'hôpital psychiatrique en même temps. Et qu'ils ont déjeuné ensemble dans un réfectoire de l'établissement. Et ils se sont parlé. Il est donc confirmé un lien entre ma sœur et Nordahl Lelandais. Ils étaient peut-être amis. Ça ajoute de l'horreur à l'horreur. Une disparition, c'est déjà épouvantable. Mais relier cette disparition avec un homme qui a tué une petite fille et un jeune militaire, cela suscite chez moi de l'effroi. Si c'est Lelandais qui est responsable, qu'il avoue ! On pourra alors retrouver le corps de Lucie et faire notre deuil ».

« Cela fait vraiment beaucoup de coïncidences »

Le dimanche 16 septembre 2012, Lucie Roux, qui souffrait de phobie sociale, est partie sans son téléphone portable, sans ses lunettes, sans argent, juste avec un petit sac à dos, comme si elle allait se promener. Depuis, il n'y a eu aucun mouvement sur son compte en banque. Son corps n'a jamais été retrouvé. « Au départ, j'ai d'abord pensé à un enlèvement par un réseau de prostitution. Car elle était assez jolie », explique la sœur de la disparue.

« Ensuite, je me suis dit que Lucie s'était peut-être suicidée et qu'elle s'était cachée pour mourir, ce qui expliquerait que l'on n'ait pas retrouvé son corps, poursuit-elle. Mais aujourd'hui, avec les affaires Lelandais, je vois les choses autrement. Cela fait vraiment beaucoup de coïncidences. » « Ça fait froid dans le dos, continue la sœur de Lucie. Je ressens des sentiments ambivalents. On a envie que ce soit lui pour savoir ce qui est arrivé à ma sœur et pas envie que ce soit lui car on refuse aussi de penser au pire ».

Tout en étant hospitalisée à l'hôpital psychiatrique de Bassens, Lucie Roux vivait à l'extérieur de l'établissement, dans un appartement thérapeutique. Depuis sa disparition, ce logement n'a jamais été reloué. La famille de Lucie Roux pense que des indices concernant la disparition peuvent peut-être encore y être retrouvés, six ans après la disparition de la jeune femme.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.