Affaire Grégory : Un mystérieux mot retrouvé dans une église

Affaire Grégory : Un mystérieux mot retrouvé dans une église

Lépanges-sur-Vologne (Vosges), où résidaient les parents du petit Grégory au moment de son assassinat en 1984.

Orange avec AFP, publié le mercredi 28 juin 2017 à 17h04

Selon l'Est Républicain mercredi 28 juin, une mystérieuse note aurait été retrouvée fin mai, dans le registre de l'église de Lépandes-sur-Vologne (Vosges), signée du nom de Murielle Bolle, interpellée mercredi dans le cadre de l'affaire Grégory.

Deux semaines après l'interpellation du grand-oncle et de la grande-tante de Grégory, c'est maintenant un mystérieux mot qui fait parler de lui.




► La note relance les investigations sur Murielle Bolle

Fin mai, les gendarmes ont enquêté sur une note retrouvée dans le registre de l'église de Lépandes-sur-Vologne (Vosges), le village où résidaient les parents du petit Grégory lors de son assassinat en 1984. Selon l'Est Républicain, une paroissienne aurait trouvé, en feuilletant par curiosité le registre de l'église, un mot. Ce dernier attire son attention : "C'est bien Bernard L. qui a tué Grégory. J'étais avec lui. Murielle Bolle."

"Bernard L." ferait référence à Bernard Laroche, d'abord soupçonné d'être l'assassin, avant d'être innocenté par la justice, puis abattu devant sa maison par Jean-Marie Villemin, le père de Grégory, convaincu de sa culpabilité. Murielle Bolle, 15 ans au moment des faits, est la belle-sœur de Bernard Laroche.

► L'ADN de Murielle Bolle ne correspond pas

A l'époque, elle avait expliqué aux gendarmes que le jour de l'enlèvement, elle se trouvait dans le véhicule de Bernard Laroche et qu'elle était présente au moment de l'enlèvement du petit Grégory. Quelques jours après ces déclarations, Murielle Bolle s'était rétractée, affirmant qu'elle avait menti aux enquêteurs.

Selon des informations de BFMTV, des analyses auraient été effectuées sur la page du registre et six ADN auraient été identifiées par un laboratoire d'expertise judiciaire. La justice aurait ensuite comparé ces ADN avec celui de Murielle Bolle, relevé le 14 juin dernier à son domicile. Et le résultat serait formel : l'ADN de cette dernière ne figure pas sur le registre de l'église. Les enquêteurs poursuivent leurs investigations pour tenter de trouver l'auteur de la note.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
98 commentaires - Affaire Grégory : Un mystérieux mot retrouvé dans une église
  • des mots des lettres retrouves un peu partout.ça laisse pantoit .n importe qui peut imiter des ecritures.seul les juges et les services de police y crois encore .et pour ça ils sont capables d enfermer ou de detruirent n importe qui. en tout cas si les courriers se ressembles je trouve une super ressemblance entre le petit gregory et le ton ton bernard laroche. qu en pense les internautes.?

  • malheur a celui qui touche un enfant ,le pire des crimes,le plus lache et la murielle dans tout ça le minimum c'est qu'elle est pas claire ,elle sait mais elle se tait elle est coupable de non denonciation ,affaire pourrie au paroxisme de l'horreur

  • Les corbeaux ont la vie dure dans cette région. On repart sur les mêmes bases et on arrivera au même fiasco.

  • ça suffit ! Que la Justice fasse son travail et les journalistes nous fichent LA PAIX !

  • si cette affaire "sordide" se passait au Etats-Unis il y a bien longtemps qu'elle serait résolue,

    avec une méthode un peu musclée, à la hauteur des liens qui ligotaient l'enfant, les langues
    se délient.....

    on ne touche jamais un enfant...

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]