Affaire Grégory : un magistrat lance une nouvelle série d'auditions

Affaire Grégory : un magistrat lance une nouvelle série d'auditions ©©Gendarmerie nationale

, publié le mardi 15 décembre 2020 à 22h42

Selon une information révélée par Le Parisien, l'enquête autour du meurtre du petit Grégory Villemin a repris depuis décembre. Plusieurs potentiels protagonistes sont auditionnés à la demande d'un magistrat.

Cette affaire intrigue tout un pays depuis de longues années sans jamais avoir livré son réel épilogue. Le mystère perdure autour de la mort du jeune Grégory Villemin et selon les révélations du Parisien mardi 15 décembre, l'enquête a finalement repris pour tenter une nouvelle fois d'élucider les circonstances de son décès. Trente-six ans après le fameux enlèvement de l'enfant ensuite noyé dans les eaux de la Vologne dans les Vosges, un magistrat tente d'y voir plus clair.

Désormais en charge du dossier, Dominique Brault, président de la chambre d'instruction de la cour d'appel de Dijon (Côte-d'Or), a demandé que plusieurs témoins soient auditionnés par les enquêteurs. Différentes sources concordantes affirment au Parisien que cela viserait des personnes étant proches de l'entourage familial ou du voisinage de l'enfant en 1984, année de sa disparition.

« Les investigations ont repris et avancent »

Interrogé par Le Parisien au sujet de cette enquête relancée, Thierry Pocquet du Haut-Jussé,  procureur général de Dijon, confirment que « les investigations ont repris et avancent. Des actes d'enquête ont été menés ». Il reste désormais à savoir si elles pourront permettre d'établir une nouvelle piste pour les enquêteurs ou bien si elles peuvent aider à confirmer d'autres hypothèses.

Ce meurtre non élucidé a subi de nombreux rebondissements au cours de toutes ces années. La dernière en date concernait les accusations proférées par Murielle Bolle lors de sa première garde à vue en 1984. Elle y accusait le cousin du père de Grégory, Bernard Laroche, d'avoir été celui à l'origine de l'enlèvement du jeune enfant, avant de finalement renier ses propres paroles. En janvier 2020, ces propos avaient de toute façon été annulés par la cour d'appel de Paris car Murielle Bolle s'était exprimée sans être accompagnée de ses parents ou d'un avocat.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.