Accusé d'agression sexuelle, Tariq Ramadan dément

Accusé d'agression sexuelle, Tariq Ramadan dément
Tariq Ramadan le 26 mars 2016 à Bordeaux.

Orange avec AFP, publié le samedi 21 octobre 2017 à 14h59

L'avocat de l'islamologue et théologien suisse a annoncé qu'une "plainte pour dénonciation calomnieuse sera transmise au procureur de la République de Rouen dès lundi" après les accusations d'Henda Ayari.

Alors qu'une plainte pour viol et agressions sexuelles a été déposée contre lui vendredi 20 octobre, Tariq dément formellement, affirme samedi 21 octobre son avocat Me Yassine Bouzrou dans les colonnes du Parisien. Il compte bien riposter en portant plainte à son tour contre son accusatrice Henda Ayari "pour dénonciation calomnieuse". La plainte "sera transmise au procureur de Rouen (dont relève le domicile de la plaignante, ndlr) dès lundi", a fait savoir son avocat.

Henda Ayari, 40 ans, présidente de l'association Libératrices, a indiqué vendredi sur sa page Facebook avoir été "victime de quelque chose de très grave il y a plusieurs années" mais n'avoir pas alors voulu révéler le nom de son agresseur en raison de "menaces de sa part". "Par pudeur, je ne donnerai pas ici de détails précis sur les actes qu'il m'a fait subir. Il suffit de savoir qu'il a très largement profité de ma faiblesse", avait écrit Henda Ayari, assurant que quand elle s'est "rebellée, qu'elle lui a "crié d'arrêter", il l'a "insultée", "giflée" et "violentée".



Dans son livre "J'ai choisi d'être libre", paru en novembre 2016 chez Flammarion, cette ancienne salafiste devenue militante féministe et laïque a décrit cet homme sous le nom de Zoubeyr, narrant un rendez-vous dans sa chambre d'hôtel à Paris où l'islamologue et théologien suisse venait de donner une conférence. "Je le confirme aujourd'hui, le fameux Zoubeyr, c'est bien Tariq Ramadan", écrit Henda Ayari sur Facebook.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU