Yann Arthus-Bertrand : "Chacun d'entre nous peut contribuer à changer le monde "

Yann Arthus-Bertrand : "Chacun d'entre nous peut contribuer à changer le monde "

La Tribune, publié le lundi 26 mars 2018 à 18h14

Changer le monde... Ou plutôt sauver la planète ! Pour Yann Arthus-Bertrand, l'un ne va pas sans l'autre. Depuis 30 ans qu'il arpente la planète à coup de photographies et de films humanistes, son engagement sans faille doit faire face aujourd'hui à un état de sidération dont il ne se cache pas. N'attendant plus beaucoup des forces politiques, le fondateur et président de La Fondation Good Planet s'attache aux valeurs humaines et aux actions des individus et des villes qui, elles, pourraient être la source du changement.

La Tribune : Vous êtes un réalisateur activiste depuis longtemps déjà et grâce à vos films vous avez déclenché une certaine prise de conscience collective sur l'état de la planète. Pour autant, la question écologique, plus que jamais au c?ur de l'…

Lire la suite sur La Tribune

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
1 commentaire - Yann Arthus-Bertrand : "Chacun d'entre nous peut contribuer à changer le monde "
  • Sauver la planète, peut-être...
    Comment expliquer que Yann Arthus-Bertrand, président de la fondation Goodplanet, soutienne l’organisation de la coupe du monde de foot (gâchis énergétique sans précédent) au Qatar en 2022 ?
    Comment expliquer que Yann Arthus-Bertrand, dans ces (beaux) films, pose beaucoup de questions mais bizarrement n'apporte aucune réponse ?
    Y aurait-il un rapport avec les entreprises qui financent sa fondation ?

    YAB est un des rares lanceur d'alerte, un visionnaire , un précurseur avisé de l'état de la planète et surtout un communicant des dangers qui nous guettent tous, surtout pour les indifférents, les inconscients ou les aveugles . N'est ce pas plutôt une occasion de le remercier et de l'encourager à continuer ?. Quant aux solutions que vous attendez mais que vous même, pouvez imaginer derrière votre clavier , lui comme tous nos décideurs ....politiques, scientifiques, sociologues ou démographes restent muets et pour cause : démographie exponentielle incontrôlée, recherche systématique du profit pour les 3/4 des habitants de la planète .L'humilité et la modestie tant matérielles que démographiques sont les deux seules réponses pour affronter ce futur. Voyez vous un seul habitant au monde capable et décidé à inverser la vapeur?

    Si vous attendez une solution miracle, simple et facile, on presse un bouton et le tour est joué, bien sûr qu'il ne la donne pas. Personne au monde ne peut la donner. Parce qu'elle n'existe pas.
    Les solutions sont multiples, parcellaires, complexes, très difficiles à mettre en œuvre. Elles dépendent de chacun d'entre nous, plus que de décrets venus d'en haut. Elles sont amères et portent des noms peu engageants, sobriété et décroissance par exemple. Elles heurtent de front nos habitudes de consommation, datant de plus d'un demi-siècle et devenues des drogues. Elles ont contre elles de très puissants adversaires, aux moyens financiers quasi-illimités, et qui font tout pour conserver et accroître leurs profits. On l'a vu avec les producteurs d'amiante, de tabac, on le voit avec ceux de l'agrochimie, avec les excès de cupidité de l'industrie pharmaceutique, des industries extractives, et de bien d'autres.
    Quant à prétendre que YAB ne donne aucune solution, il faut être doté d'une forte cécité pour dire cela. Lorsqu'il décrit un excès de consommation, la solution est évidente : faire le contraire, réduire les consommations, les rationnaliser. Par exemple pour la crise de l'eau. si pour notre superflu nous n'importions pas des milliers de tonnes de fleurs de pays connaissant un stress hydrique, nous aurions avancé. Et il y a des milliers d'actions de ce type, petites et grandes, à mettre sur pied.

    Bonjour palombe47.
    Que YAB soit un lanceur d'alerte et un bon communiquant, je partage votre avis.
    Qu'il soit un visionnaire, c'est une autre histoire. (Pierre Rabhi en est un par exemple).
    Ce que je voulais dire, c'est que YAB cultive l’ambiguïté entre une écologie bisounours et un soutien au Qatar par exemple ou entre ses virées en hélicoptère et le commerce douteux des soit-disant compensations carbone.
    Bonne journée

    Bonjour glaf.
    En effet, je comprends le sens de votre réaction. Je vous répondrai que les moyens (même discutables) mis en oeuvre pour parvenir à donner le message pour un lanceur d'alerte sont peu importants par rapport à la diffusion du message lui même et surtout à son impact sur le peuple lorsque les enjeux sont si déterminants et au combien cruciaux pour l'avenir de cette terre et de la vie qui l'habite.

    Re-bonjour à vous deux.
    Je pense que nous faisons le même constat et nous savons que les solutions miracles n'existent pas.
    C'est bien en effet en changeant notre mode de vie et en luttant contre la surpopulation que nous y arriverons.
    Mais YAB, en faisant son petit commerce et en nous donnant mauvaise conscience en permanence, ne m'inspire pas confiance, allez savoir pourquoi...