Un Russe arrêté à Bali avec un orang-outan drogué dans sa valise

Chargement en cours
Le touriste russe Andreï Zhestkov (au centre), arrêté à Bali en possession d'un orang-outan drogué dans sa valise
Le touriste russe Andreï Zhestkov (au centre), arrêté à Bali en possession d'un orang-outan drogué dans sa valise
1/2
© AFP, Handout, Natural Resources Conservation Agency of Bali

AFP, publié le samedi 23 mars 2019 à 06h24

Un touriste russe a été arrêté à l'aéroport de Denpasar, dans l'île indonésienne de Bali, alors qu'il tentait de quitter le pays avec un orang-outan drogué dans sa valise, a annoncé samedi la police.

Ce touriste de 27 ans, Andreï Zhestkov, a été interpellé au contrôle de sécurité avant d'embarquer dans un avion à destination de la Russie vendredi soir. Les agents ont découvert dans sa valise un orang-outan mâle de deux ans, profondément endormi dans un panier en rotin, ainsi que deux geckos et cinq lézards vivants.

"Nous pensons que l'orang-outan a reçu des pilules contre les allergies qui l'ont fait dormir. Nous avons trouvé ces pilules à l'intérieur de la valise", a déclaré à l'AFP un responsable de l'Agence de conservation de Bali, I Ketut Catur Marbawa.

Le Russe "semblait s'être préparé, comme s'il était en train de transporter un bébé", car il transportait aussi du lait pour enfants et des couvertures, a ajouté ce responsable.

Le touriste risque cinq ans de prison et 7.000 dollars d'amende pour trafic d'espèces protégées. Il a expliqué aux autorités que l'orang-outan, dont il pensait pouvoir faire un animal de compagnie en Russie, lui avait été offert par un ami, également de nationalité russe, qui l'avait acheté pour 3.000 dollars sur un marché de rue dans l'île de Java.

Les orang-outan sont une espèce menacée de disparition, notamment victimes du braconnage, de trafics et de l'hostilité des villageois dont beaucoup les considèrent comme nuisibles. Selon l'Union internationale pour la conservation de la nature, il n'en reste que 100.000 individus dans le monde.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.