Sri Lanka: des éléphants volés rendus à leurs ravisseurs

Chargement en cours
Un éléphant et son propriétaire dans une rue de Horana, dans la banlieue de Colombo, en mars 2021 au Sri Lanka
Un éléphant et son propriétaire dans une rue de Horana, dans la banlieue de Colombo, en mars 2021 au Sri Lanka
1/2
© AFP, Lakruwan WANNIARACHCHI
A lire aussi

publié le samedi 11 septembre 2021 à 16h14

Deux foyers pour éléphants au Sri Lanka ont été forcés de rendre 13 des jeunes animaux volés dans des parcs naturels à leurs ravisseurs présumés à la suite d'une décision de justice, ont indiqué des responsables vendredi. 

Les éléphants sont considérés comme sacrés au Sri Lanka et leur capture dans la nature est illégale, mais de nombreuses personnes ont des permis spéciaux pour posséder ces animaux, symboles de richesse.

En 2015, des enquêteurs criminels ont saisi au moins 13 éléphanteaux volés dans des parcs animaliers, notamment par un moine bouddhiste.

Mais dans un rebondissement controversé cette semaine, la police a obtenu un ordre d'un tribunal de Colombo pour les rendre à leurs ravisseurs présumés. 

La police a déclaré au tribunal que la nouvelle réglementation sur les éléphants apprivoisés permettait aux propriétaires d'enregistrer leurs animaux de compagnie auprès des autorités chargées de la protection de la faune. 

Six éléphants ont été enlevés de l'orphelinat de Pinnawala, enchaînés et déplacés dans des camions, tandis que sept autres ont été ramenés d'un foyer situé dans le sud de l'île.

Un autre éléphant qui, selon un tribunal, avait été donné par le président Gotabaya Rajapaksa à l'orphelinat il y a six ans a également été restitué.

Gotabaya Rajapaksa avait envoyé deux éléphanteaux à l'orphelinat en janvier 2015, avant d'être chef d'État, en disant qu'il n'avait pas les moyens de les entretenir. 

L'expert en éléphants d'Asie Jayantha Jayewardene s'est dit consterné par le retour des éléphants volés, le décrivant comme un "grand pas en arrière pour le bien-être des animaux". 

"Je suis très déçu", a déclaré M. Jayewardene à l'AFP. "Cela ne fera qu'encourager la capture illégale de bébés éléphants dans nos parcs nationaux". Selon lui, une quarantaine d'éléphanteaux pourraient avoir été volés dans des troupeaux entre 2005 et 2015 et vendus pour environ 125.000 dollars chacun. 

Les braconniers tuent généralement la mère pour arracher les petits, a-t-il ajouté. 

Une enquête de 2011 a montré que le Sri Lanka comptait 7.379 éléphants vivant à l'état sauvage, dont environ 1.100 bébés, contre 12.000 en 1900. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.