Sensibilité aux ondes électromagnétiques: une souffrance qui doit être prise en charge

Sensibilité aux ondes électromagnétiques: une souffrance qui doit être prise en charge

Un téléphone portable avec ses applications, le 22 mars 2018, à Manchester United (Angleterre)

AFP, publié le mardi 27 mars 2018 à 15h27

Les électrosensibles souffrent et doivent être pris en charge, même s'il n'existe pas aujourd'hui de "preuve" de lien entre ce syndrome controversé et l'exposition aux ondes électromagnétiques, estime un rapport de l'agence sanitaire Anses salué comme une avancée par des associations.

L'existence même de l'électrohypersensibilité (EHS) fait débat entre une communauté médicale sceptique face à une pathologie qui ne se définit que par l'autodéclaration des personnes qui en souffrent et des patients qui mettent en avant des symptômes handicapants.

Maux de tête, troubles du sommeil, nausées, irritabilité, fourmillements dans les doigts ou encore problèmes cutanés: l'Anses répertorie des dizaines de symptômes, plus ou moins courants, que les électrosensibles attribuent à leur exposition aux radiofréquences des téléphones portables, antennes relais et autre wifi.

"Il n'existe pas de critères de diagnostic de l'EHS validés à ce jour", note l'Anses dans cet avis publié mardi. Mais "quoi qu'il en soit, les plaintes (douleurs, souffrance) formulées par les personnes se déclarant EHS correspondent à une réalité vécue".

"C'est une avancée. On ne parle plus d'un effet nocebo exclusif", a estimé le président de l'association Robin des Toits, Pierre-Marie Theveniaud, avant d'avoir pris connaissance de l'intégralité du rapport.

L'effet nocebo, à l'inverse du placebo, est causé par la suggestion ou la crainte que l'exposition à un médicament ou à des facteurs environnementaux est nuisible. 

L'Anses estime que cet effet "joue certainement un rôle non négligeable dans la persistance de l'EHS", mais qu'il n'exclut pas "une affection organique non identifiée".

Au-delà du constat des souffrances, les experts recommandent "une prise en charge adaptée par les acteurs des domaines sanitaire et social" pour des patients qui subissent aussi parfois un "isolement psycho-social" en décidant de changer de mode de vie voire en déménageant dans des zones isolées.

"La Haute Autorité de santé pourrait sur le modèle de ce qu'elle a fait en 2011 pour la fibromyalgie, établir une sorte de guide des bonnes pratiques", a précisé à l'AFP Olivier Merckel, chef d'unité risques physiques à l'Anses.

- "Un certain mépris" -

Les patients se trouvent parfois face à des médecins peu à l'écoute. Le rapport met en avant le "besoin de reconnaissance" exprimé dans les témoignages des patients et leur "désir d'être pris au sérieux" par des médecins qui peuvent privilégier "une approche psychologisante", accompagnée "d'un certain mépris" à leur égard.

"C'est un pas dans la bonne direction. Il faut maintenant que le lien de causalité soit reconnu", a insisté Jeanine Le Calvez, vice-présidente de l'association Priartém-Electrosensibles de France.

Un pas que ne franchit pas l'Anses. "Aucune preuve expérimentale solide ne permet actuellement d'établir un lien de causalité entre l'exposition aux champs électromagnétiques et les symptômes décrits par les personnes se déclarant EHS", concluent les experts qui ont examiné l'ensemble de la littérature disponible sur le sujet.

Les études de "provocation", qui soumettent les sujets aux ondes en laboratoire, ne mettent pas en évidence l'apparition de symptômes ni de capacité des électrosensibles à percevoir les champs magnétiques.

"Ça ne veut pas dire qu'un jour on ne découvre pas un tel lien", même si aujourd'hui "les causes restent inconnues", note Olivier Merckel. 

Le rapport, qui pointe du doigt "les limites méthodologiques" des recherches passées, plaide donc pour de nouvelles études, avec de nouveaux protocoles.

Mais il faudrait surtout "diminuer les niveaux d'exposition" aux ondes de la population de manière générale, plaide Pierre-Marie Theveniaud, qui s'inquiète notamment du déploiement annoncé de la téléphonie 5G.

"La pollution électromagnétique généralisée qu'elle va ajouter se déroule sans la moindre étude d'impact", a également regretté l'eurodéputée Verts Michèle Rivasi. 

"Il faut bien comprendre que l'électrohypersensibilité nous concerne tous. Ce syndrôme toucherait environ 5 % de la population, à des degrés de gravité plus ou moins aigus", a-t-elle ajouté, saluant un rapport "qui va dans le bon sens".

Ce n'est pas la première fois que l'Anses se penche sur les effets des radiofréquences. En 2016, elle avait estimé que les ondes électromagnétiques émises par les téléphones portables, les tablettes tactiles ou les jouets connectés pouvaient avoir des effets sur les fonctions cognitives - mémoire, attention, coordination - des enfants.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
28 commentaires - Sensibilité aux ondes électromagnétiques: une souffrance qui doit être prise en charge
  • "Les électrosensibles souffrent et doivent être pris en charge, même s'il n'existe pas aujourd'hui de "preuve" de lien entre ce syndrome controversé et l'exposition aux ondes électromagnétiques, estime un rapport de l'agence sanitaire Anses salué comme une avancée par des associations."

    -Ce serait quoi une preuve ?
    Vous pouvez citer un exemple ?

    "Les études de "provocation", qui soumettent les sujets aux ondes en laboratoire, ne mettent pas en évidence l'apparition de symptômes ni de capacité des électrosensibles à percevoir les champs magnétiques."
    -Il faudrait voir les protocoles..
    Toute cette engeance a quand même une grande capacité à construire des connenneries.. les exemples abondent.
    -On serait curieux de voir les protocoles de test de l'amiante, du mercure dentaire ou du plomb dans l'essence qui étaient pourtant des évidences s'il en est..

    "Le rapport met en avant le "besoin de reconnaissance" exprimé dans les témoignages des patients et leur "désir d'être pris au sérieux" par des médecins qui peuvent privilégier "une approche psychologisante du problème", accompagnée "d'un certain mépris" à l'égard des personnes venant les consulter."
    -Attitude classique de la faculté de médecine, peuplée de nombreux ân-es b.ât.és, si c'est pas physique, c'est psychologique, surtout si je ne comprends rien à ce que j'observe.

    "Il n'existe pas de critères de diagnostic de l'EHS validées à ce jour", note l'Anses"
    Les a t-on cherchés seulement ?

    "l'existence même de l'électrohypersensibilité (EHS) fait débat entre une communauté médicale sceptique face à une pathologie qui ne se définit que par l'autodéclaration des personnes"
    -Ce qui est le cas de nombreuses maladies parfaitement reconnues. Ex : syndrome de fatigue chronique qui ne pose de problème à personne.
    -D'ailleurs même quand c'est physique, comme le mercure dentaire, c'est psychologique !
    On voit le niveaut d'imbé.cilité de la faculté, on est dans le grandiose.

    "L'effet nocebo, à l'inverse du placebo, est causé par la suggestion ou la crainte que l'exposition à un médicament ou à des facteurs environnementaux est nuisible. "
    -Ce qui est une pure construction intellectuelle sans aucun fondement scientifique.
    Aucun modèle ne décrit sérieusement cela.

  • c'est du grand n'importe quoi? cela fait des dizaines d'années que des travailleurs exercent leurs métiers sur des conducteurs ou des transformateurs électriques ou à proximité entourés de champs électromagnétiques et jamais ces symptômes n'ont été détectés, j'ai calculé les CEM prés des bornes de charge rapide pour les voitures électriques , eh bien c'est consternant eu égard les CEM dégagés par les téléphones portables, il serait pourtant térs simple d'inviter quelques personnes sensibles pendant quelques semaines dans une maison témoin,la particularité de cette maison serait de mettre en service ou hors service à l'insu dse occupants nous verrions alors la réalité de ces symptômes qui sont à mon modeste avis plus somatiques que physiques,

  • si vous voulez pas d'ondes nocives le grand nord est le solution idéale en plus les morses vous apprenons à communiquer en morse ça n émet aucune onde et ce n'est pas bruyant .

    Ah ! Non ! Les aurores boréales (australes au Sud) sont nocives, les Canadiens en savent quelque chose…
    Quant aux morses, il faudrait les informer que la transmission en morse est quasiment abandonnée depuis déjà quelques années et qu'ils ne comptent pas sur le renouvellement des licences (d'ailleurs, ils s'en tamponnent le coquillard !)

    le morse existe toujours dans certains pays ,j 'etais instructeur

  • et les centrales à charbon c'est pas si vieux voir les villes dans quelle étaient à cette époque beaucoup plus nocifs que nos "ondes "actuelles pas qui en faire .

  • J'ai eu l'occasion de rencontrer des électrosensibles qui passaient des heures sur leurs smartphones. C'est étonnant non?

    ce sont les smartphones des autres qui polluent , impossible est devenu français