Pollution de plus de 130 plages au Brésil: le mystère persiste

Chargement en cours
Photo transmise par l'Administration de l'environnement de l'Etat de Sergipe, au Brésil, prise le 4 octobre 2019 montrant le nettoyage d'une plage de cette région, le 4 octobre
Photo transmise par l'Administration de l'environnement de l'Etat de Sergipe, au Brésil, prise le 4 octobre 2019 montrant le nettoyage d'une plage de cette région, le 4 octobre
1/3
© AFP, HO, ADEMAS

AFP, publié le mercredi 09 octobre 2019 à 17h47

Le mystère restait entier mardi sur l'origine de grandes galettes de pétrole qui ont souillé plus de 130 plages paradisiaques du nord-est du Brésil, dont le président Jair Bolsonaro a affirmé qu'elles provenaient de l'étranger, tout en évoquant l'hypothèse criminelle.

"Nous ne sommes pas en présence d'une fuite constante. S'il s'agissait du naufrage d'un pétrolier, les fuites continueraient en ce moment. Cela semble être criminel, ce pétrole pourrait avoir été déversé en mer", a affirmé mardi le chef de l'Etat lors d'un point presse à Brasilia.

À ses côtés, le ministre de l'Environnement Ricardo Salles a déclaré que la priorité du gouvernement était d'"agir vite pour retirer ce qui est au sol et d'approfondir l'enquête pour en découvrir l'origine".

Il s'était rendu sur place lundi et avait annoncé sur Twitter que "plus de 100 tonnes de pétrole" avaient été retirées des plages du nord-est.


La compagnie pétrolière d'Etat Petrobras a assuré que ses analyses montraient que ce pétrole "n'est ni produit ni commercialisé par l'entreprise", mais a accepté de prendre part au nettoyage.

Le projet Tamar, spécialisé dans la protection des tortues marines, a assuré qu'il s'agissait de "la pire tragédie environnementale" à laquelle il devait faire face depuis sa création en 1980.

Ses responsables ont annoncé la semaine dernière avoir suspendu le lâcher de bébés tortues dans la nature en raison de la pollution pétrolière.

Les galettes de pétrole, qui ont commencé à apparaître début septembre, ont été constatées sur au moins 2.000 km le long de la côte atlantique. Elles ont atteint à présent l'ensemble des neuf Etats du nord-est brésilien, région pauvre réputée pour la beauté de ses plages et dont l'activité économique dépend en grande partie du tourisme.

- Ecosystèmes en danger -

Samedi, Jair Bolsonaro avait déjà exigé une enquête rapide "pour établir les causes et déterminer les responsabilités" de cette pollution aux hydrocarbures. La Police fédérale avait annoncé en milieu de semaine l'ouverture d'une investigation pour "crime environnemental".

Lundi soir, le président avait affirmé que les autorités avaient identifié "un pays dont le pétrole pourrait être originaire", sans citer le pays en question.

Citant un rapport confidentiel, le quotidien Folha de S. Paulo a révélé que des analyses effectuées par Petrobras montraient que ce pétrole pourrait provenir du Venezuela.

Mais M. Bolsonaro s'est gardé de citer le pays voisin, avec lequel les relations diplomatiques sont déjà très tendues.

Depuis son arrivée au pouvoir en janvier, le président brésilien d'extrême droite n'a cessé de s'en prendre au régime socialiste de Nicolas Maduro, qu'il qualifie régulièrement de "dictateur".

Jair Bolsonaro a par ailleurs très mal réagi aux critiques de l'étranger sur son manque d'empressement à lutter contre les incendies en Amazonie en août et à protéger l'environnement dans la plus grande forêt tropicale du monde.

Et quelle que soit l'origine de cette pollution, le fait que le gouvernement n'ait commencé à réagir que la semaine dernière alors que les galettes sont apparues il y a un mois intrigue les spécialistes.

"Le gouvernement a mis un temps excessif à réagir. Il est fondamental que les responsables soient identifiés et qu'ils paient pour les dégâts, aussi bien environnementaux qu'économiques", explique à l'AFP le biologiste Mario Moscatelli, soulignant le fort impact sur la pêche et le tourisme.

"Sans une réaction ferme, ce genre d'épisode pourrait arriver à nouveau", poursuit-il.

Pour le biologiste, ces fuites d'hydrocarbures sont particulièrement nocives "pour les écosystèmes côtiers: les plages, la mangrove et les récifs coralliens, qui sont très vulnérables au contact du pétrole".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.