Paris : la circulation limitée presque partout à 30 km/h dès lundi

Paris : la circulation limitée presque partout à 30 km/h dès lundi
(Photo d'illustration)
A lire aussi

publié le lundi 30 août 2021 à 11h16

Annoncée en juillet dernier, l'extension de la limitation de vitesse à 30 km/h doit permettre "d'assurer la sécurité des plus vulnérables", assure l'adjoint à la maire de Paris David Belliard, mais également de faire baisser le bruit et la transformation de l'espace public.

"Ce n'est pas une mesure anti-voitures. C'est d'abord une mesure pour la sécurité", assure David Belliard, adjoint en charge des transports et des mobilités (EELV) à la maire de Paris lundi 30 août sur franceinfo, alors qu'entre en vigueur la limitation de vitesse à 30 km/h dans quasiment toutes les rues de la capitale.

La mesure concernait jusque-là 60% des rues parisiennes. Désormais, seuls les boulevards des Maréchaux, deux portions des quais de Seine, certaines voies des bois de Boulogne et de Vincennes, quelques grands axes de l'ouest parisien (Champs-Elysées, Foch, Grande-Armée, rue Royale), du XIIe (est) et du XIVe (sud) resteront limités à 50 km/h. 




"C'est pour assurer la sécurité des plus vulnérables, les piétons et les cyclistes", a martelé l'élu parisien, rappelant "que l'écrasante majorité des accidents graves ou mortels à Paris sont liés à des automobiles ou à des poids lourds."

Cette mesure vise également à aller vers une ville moins bruyante. "On estime que passer de 50 km/h à 30 km/h, C'est un gain de trois décibels, ce qui est un gain extrêmement important en termes d'amélioration de la qualité de vie et pour la lutte contre les nuisances sonores", précise M. Belliard. "Avec cette mesure, nous limitons les effets d'accélération et de décélération qui sont là où il y a beaucoup d'émissions de polluants", ajoute-t-il par ailleurs, alors que plusieurs scientifiques estiment qu'une étude du Centre d'expertise sur l'environnement, la mobilité et l'aménagement, qui dépend du gouvernement, juge que cette mesure pourrait au contraire augmenter la pollution de l'air. 

Avec cette mesure, la voiture "telle que nous avons l'habitude d'utiliser" est une "espèce en voie de disparition à Paris. "Cette mesure rentre dans une cohérence de politique de transformation de l'espace public, une politique qui favorise plutôt les mobilités dites 'douces' comme par exemple la marche à pied ou le vélo et les transports en commun au détriment de la voiture que nous souhaitons réserver aux mobilités essentielles", insiste David Belliard. 

Vers une augmentation des courses en taxis ?

Annoncée en juillet dernier, l'extension de la limitation à 30 km/h a provoqué l'ire de l'opposition de droite, qui a déploré une "annonce brutale". "Passer à 30, ça va vraiment être un corbillard", estimait auprès de l'AFP l'élu Les Républicains Aurélien Véron, disant craindre pour les interventions des secours.

La mesure ne ravit pas non plus les chauffeurs de taxis parisiens, qui expliquent qu'avec le fonctionnement de leur rémunération, les factures des clients vont augmenter automatiquement de 15 % minimum (dès que les taxis roulent à 30 km/h ou moins, les clients sont facturés à la minute et non plus au trajet, ndlr). "Nous allons les rencontrer et nous porterons auprès de l'organisme de tutelle, le ministère des Transports notamment, des propositions pour modifier les modes de calcul", assure lundi David Belliard. "Nous allons en discuter avec eux de façon à ce que tout le monde puisse s'y retrouver". 
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.