Municipales à Paris: Hidalgo affirme que son "socle c'est l'écologie"

Municipales à Paris: Hidalgo affirme que son "socle c'est l'écologie"
La maire PS sortante de Paris Anne Hidalgo s'exprime le 13 janvier 2020 à son siège de campagne pour les municipales à Paris
A lire aussi

, publié le lundi 13 janvier 2020 à 21h09

Pour sa première journée de campagne sur le terrain et devant ses militants, la maire sortante Anne Hidalgo (PS) a placé lundi sa candidature sous le signe de "l'écologie", son "socle", soulignant qu'il n'y aurait "pas de pause pour la réduction de la place de la voiture" à Paris.

"Le socle c'est l'écologie", a d'abord dit la dixième candidate déclarée, au cours d'une conférence de presse lundi matin au quartier général de sa campagne, à deux pas de l'Hôtel de Ville, ajoutant qu'elle présenterait tout son programme "début février" avec "un chiffrage" précis des mesures. 

Dans la soirée, devant plusieurs centaines de militants réunis sur une péniche proche de l'Assemblée nationale, elle a égrené ses premières propositions.

La candidate appelle de ses vœux la création d'une ville "100% vélos", avec "de nouvelles pistes", "nouvelles liaisons pour relier la capitale aux villes du Grand Paris", qui seront créées en réduisant "les places de stationnement". "Nous réduirons encore la place de la voiture, il n'y aura pas de pause", a -t-elle assuré.

"Nous mettrons fin au Diesel en 2024 et aux moteurs thermiques en 2030", a par ailleurs assuré l'édile, qui l'avait déjà promis en 2015.

La socialiste a promis "des rues vertes dans chaque quartier", accélération de la "rénovation thermique des logements", aide pour "toutes les personnes qui vivent sous les toits et inciter les copropriétaires à végétaliser leur cour", création "deux grands potagers (...) dans les bois de Vincennes et de Boulogne et d'autres dans les grands parcs parisiens".

En matière de solidarité, elle a assuré que la Ville ferait "tout pour mettre à l'abri" les "3.600 personnes à la rue" recensées lors de la dernière Nuit de la solidarité.

- "Comme la Tour Eiffel" -

Dans l'après-midi, Anne Hidalgo a présenté son projet pour le quartier de la Porte de la Chapelle, dans le nord de Paris.

"Ce quartier a défrayé la chronique ces dernières années par la difficulté à y vivre du fait des campements de migrants et des problèmes de drogue", a-t-elle expliqué dans un bar du quartier où elle s'est rendue "toutes les semaines depuis mars", pour rencontrer les associations de riverains et les associations humanitaires.

La Porte de la Chapelle est "une entrée" de Paris "qui doit être traitée de façon majestueuse, comme est traité le site de la Tour Eiffel", a estimé la maire sortante, promettant d'en faire une place végétalisée, largement piétonnisée, avec une ou deux bretelles d'accès au périphérique transformées en "jardins suspendus". 

"J'ai souhaité donner un message de confiance aux habitants, leur dire que leur quartier mérite de vivre de façon apaisée", a-t-elle insisté, en présence de nombreux élus de Paris et de la métropole. 

L'ex-inspectrice du Travail, qui a déclaré sa candidature samedi, est soutenue par la plateforme "Paris en Commun" - qui rassemble société civile et PS, PCF, Générations, mais pas le PRG. Elle sera en 2e position sur la liste du 11e arrondissement après avoir été élue du 15e arrondissement. 

Interrogée sur des alliances futures, indispensables pour remporter la bataille dans la capitale, Anne Hidalgo a estimé que "les questions d'un parti ou d'accords sont importantes, mais n'interviennent pas au moment où (je vous) parle et n'interviendront pas dans la première phase, avant le premier tour".

La main tendue en décembre du candidat investi par Europe Ecologie-Les Verts (EELV), David Belliard, au candidat dissident de La République en Marche (LREM), Cédric Villani, a laissé circonspects plusieurs membres de la majorité actuelle, et agacé dans son parti écologiste.

Pour Emmanuel Grégoire, directeur de campagne, nul doute qu'"EELV nous tendra la main, et nous aurons plaisir à la serrer". 

Plus critique, un élu socialiste de premier plan à Paris s'interrogeait sur cette proposition insolite: "C'est incompréhensible ! Belliard a remis Villani dans le jeu, le fait monter".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.