Méthanisation: le gouvernement annonce des mesures pour développer la filière

Méthanisation: le gouvernement annonce des mesures pour développer la filière

Une fosse de déchargement des déchets de l'incinérateur de Marseille, le 7 janvier 2010 à Fos-Sur-Mer

A lire aussi

AFP, publié le lundi 26 mars 2018 à 19h17

Le ministère de la Transition écologique a annoncé lundi une série de mesures visant à accélérer le développement de la filière de la méthanisation.

Ces 15 propositions sont issues d'un groupe de travail créé en février et piloté par le secrétaire d'Etat Sébastien Lecornu.

La méthanisation permet de produire du gaz - à partir de la fermentation de résidus de l'agriculture ou de déchets ménagers notamment - qui peut être ensuite injecté dans le réseau gazier ou être brûlé pour produire de l'électricité.

"La méthanisation est un des outils qui permet de verdir le gaz", a souligné M. Lecornu lors d'une conférence de presse, alors que la loi de transition énergétique fixe l'objectif que 10% du gaz soit d'origine renouvelable en 2030.

"C'est un objectif qui nous semble atteignable, il peut même être dépassé, à la seule condition qu'on prenne le problème par le bon bout", a-t-il affirmé.

Les mesures proposées doivent notamment permettre de simplifier les démarches administratives afin d'accélérer la mise en place de projets de méthanisation.

Le gouvernement souhaite ainsi réduire les délais d'instruction des projets de un an à six mois et relever le seuil applicable à la déclaration des installations classées pour la protection de l'environnement (ICPE) à 100 tonnes par jour, au lieu de 60.

Ces installations classées, en raison des nuisances ou des risques qu'elles présentent, sont soumises à de nombreuses réglementations et autorisations.

Le gouvernement prévoit également de créer un "guichet unique" pour l'instruction des dossiers réglementaires.

Des mesures visent plus spécifiquement les agriculteurs, pour qui la méthanisation peut représenter des "revenus supplémentaires", a souligné M. Lecornu.

Le gouvernement souhaite ainsi faciliter l'accès au crédit pour la méthanisation agricole et mettre en place un complément de rémunération pour les petites installations.

Des formations doivent également être mises en place, en particulier destinées au monde agricole, souligne un communiqué.

Les mesures doivent permettre de structurer et de professionnaliser la filière, alors qu'il existe environ 400 installations de méthanisation en France, dont la moitié dans des fermes, contre "10.000" en Allemagne.

Les propositions doivent également nourrir les travaux de la programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE), qui tracera la feuille de route de la transition énergétique pour la période 2019-2023.

Le syndicat agricole FNSEA s'est "réjoui du cap que se donne l'Etat en matière de développement de la méthanisation agricole", lundi dans un communiqué.

Concernant la proposition visant à rendre possible les mélanges d'intrants comme les boues de stations d'épuration et les biodéchets, la FNSEA émet cependant "de fortes réserves et participera activement au groupe de travail qui sera lancé sur le sujet. En effet, nous restons attachés à une réglementation ferme qui garantit un épandage fiable, gage d'une production alimentaire de qualité". 

La FNSEA estime également "indispensable de permettre aux producteurs de biométhane de fixer annuellement leur capacité maximale de production et non plus mensuellement, et de leur donner la possibilité d'avoir plus de visibilité en contractualisant l'achat de biogaz sur 20 ans, contre 15 ans aujourd'hui".

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
4 commentaires - Méthanisation: le gouvernement annonce des mesures pour développer la filière
  • Heureusement que la simplification des procédures n'existait pas encore il y a 3 ans: selon les nouvelles normes, la station de méthanisation chez moi aurait été construite à 200 m de ma maison, comme c'était prévu initialement, avant qu'un collectif de protestation la fasse déplacer en zone industrielle. Avec les odeurs (et il y en a beaucoup, quoi qu'en disent les écolos), le mouvement incessant de tracteurs, le vue bouchée et dégradée, la perte de valeur des maisons voisines...
    Ouf, ce ne sera pas pour moi cette fois!

  • En Allemagne il y a des "fermes " de 10000 vaches d’où la multiplicité des unités de méthanisation, la protection de environnement reste à démontrer, surtout que la construction dse usines se fera au détriment des surfaces agricoles, çà commence à faire beaucoup avec les LGV, Rocades et nouvelles autoroutes élargissements de départementales, s'y ajoutent les champs d’éoliennes et autres fermes solaires, on ne va pas tarder à crever de faim ou bien à manger dse OGM, des viandes hyper-hormonées et autres, quitte à se comparer avec l4allemagne , relançons la construction de centrales au charbon et de lignite, à priori les grunen sont d'accord,

  • Dossier pour une centrale de méthanisation, sept ans en France, 18 mois en Allemagne, et déjà les premiers projets voient une levée de bouclier de la part des voisins pour le risque d'odeurs

    mais oui bien sur, et bruler du méthane çà doit donner des fumées propres ou uniquement de la vapeur dos, et ne parlons pas des fuites,

    Si vous étiez voisin, vous auriez la même réaction, sans compter la vue très peu agréable et la perte de valeur de votre maison! Je parle en connaissance de cause, le collectif dont je faisais partie a réussi à faire déplacer l'usine à merde (je sais, c'est cru, mais c'est tout-à-fait ça) en zone industrielle au lieu de l'implantation initialement prévue à 200 m d'un lotissement...
    Je n'ai rein contre les énergies renouvelables, mais qu'on mette ce type d'installation dans des endroits isolés, comme justement en Allemagne.

  • C'est ainsi qu'en Allemagne les agriculteurs "normaux" ne peuvent plus faire de cultures alimentaires!
    Des industriels achètent les terres pour produire des végétaux pour le biogaz!
    Et bientôt les arbres OGM mous, rampants!
    La production d'éthanol pour le carburant est une catastrophe financière (subventions constantes de l'Etat) et écologique (pesticides, gaspillage d'eau, dégradation des sols due aux monocultures,etc), d'où le terme nécrocarburant.
    L'homme devient sans cesse plus fou!
    C'est ça, l'anthropocène, l'ère (finale) de l'humain.