Le Canada mandate une entreprise pour rapatrier ses déchets des Philippines

Le Canada mandate une entreprise pour rapatrier ses déchets des Philippines
Manifestation d'écologistes devant le Sénat à Manille contre les déchets canadiens, le 9 septembre 2015
A lire aussi

AFP, publié le mercredi 22 mai 2019 à 19h55

Ottawa a mandaté une entreprise pour rapatrier ses tonnes de déchets en décomposition entreposés aux Philippines, a annoncé mercredi le gouvernement canadien, au moment même où Manille menaçait de les renvoyer immédiatement au Canada.

Le rapatriement de la centaine de conteneurs canadiens envoyés dans des ports philippins en 2013 et en 2014, dont certains remplis de déchets en décomposition mal étiquetés comme étant recyclables, sera effectué d'ici fin juin par Bolloré Logistics Canada, selon un communiqué du ministère canadien de l'Environnement.

"L'élimination sûre et écologique des déchets aura lieu au Canada avant la fin de l'été 2019", a poursuivi le gouvernement, précisant que "les coûts de la préparation, du transfert, de l'expédition et de l'élimination des déchets seront assumés par le gouvernement du Canada".

Interrogé à ce sujet lors d'une conférence de presse à Vancouver, le Premier ministre Justin Trudeau a indiqué que son gouvernement "continuerait de travailler" sur cette "situation inacceptable qui a duré bien trop longtemps". 

Manille avait donné jusqu'au 15 mai au Canada pour qu'il rapatrie ces déchets, à la suite de vives critiques émises en avril par le président philippin Rodrigo Duterte à ce sujet.

Celui-ci a rappelé la semaine dernière son ambassadeur au Canada ainsi que ses consuls généraux. Salvador Panelo, porte-parole de M. Duterte, avait alors déclaré que cette décision était un avertissement au Canada que les Philippines étaient prêtes à rompre les liens diplomatiques avec Ottawa. 

Peu avant l'annonce du gouvernement de Justin Trudeau, le président philippin avait ordonné mercredi le renvoi "immédiat" des conteneurs, menaçant de les jeter dans les eaux territoriales canadiennes et faisant monter d'un cran les tensions diplomatiques entre les deux pays. 

"Le Canada a modifié sa réglementation afin de prévenir toute future exportation de telles matières sans permis. Le Canada explore maintenant des options pour que les parties concernées soient tenues responsables", a précisé le ministère canadien de l'Environnement.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.