La hyène tachetée, espèce qu'on croyait disparue au Gabon

La hyène tachetée, espèce qu'on croyait disparue au Gabon

Ine hyène tachetée et son petit dans le parc national Kruger, près de Nelspruit, en Afrique du Sud, le 8 janvier 2013

AFP, publié le vendredi 19 janvier 2018 à 22h43

Une hyène tachetée, espèce considérée comme localement disparue, a été aperçue pour la première fois depuis 20 ans dans le parc national des plateauxau Batéké, au sud-est du Gabon, pays d'Afrique central situé sur l'équateur, a annoncé vendredi l'Agence Nationale des Parcs Nationaux du Gabon (ANPN) dans un communiqué.

"La hyène tachetée, qui s'est peut-être dispersée du parc national d'Odzala-Kokua au Congo voisin, a été découverte à l'aide d'images prises avec des +pièges photographiques+ dans le cadre d'une étude en cours sur la faune de Batéké", selon le communiqué.

L'animal est passé devant l'appareil photo le 25 octobre 2017, a affirmé à l'AFP Philippe Henschel, de l'ONG Panthera, qui s'occupe de la protection des félins.

En 2015 une capture vidéo d'un lion mâle "avait suscité un intérêt mondial" devant l'image du premier grand carnivore à retourner à Batéké, a rappelé l'ANPN. 

"Le retour de ces grands carnivores est une belle démonstration que les efforts de nos écogardes et de nos partenaires ont un effet positif sur la faune des plateaux Batéké", a souligné le professeur Lee White, directeur de l'ANPN, cité dans le communiqué de l'Agence.

Une autre espèce protégée, le gorille, est aussi présent dans le parc avec la protection de la fondation Aspinall, qui travaille aussi depuis 20 ans à la réintroduction de ce grand mammifère dans cette zone.

Les espèces protégées de ce parc créé en 20017 sont souvent la cible de braconniers.

Connu dans le monde pour sa biodiversité, le Gabon est recouvert à près de 80% de forêts et comporte 13 parcs nationaux ainsi que des zones marines protégées.

Par ailleurs, les autorités du pays ont annoncé jeudi soir avoir démantelé un important réseau de trafiquants d'ivoire d'Afrique centrale, après deux ans d'enquête.

"En 2017, ce sont au total 6 tonnes 355 kg d'ivoire pesant entre 2 et 5 kg dont 48 grosses pointes entières qui ont été négociées, vendues et principalement acheminées vers le Cameroun et l'Afrique de l'ouest. Le montant des transactions pour cette même année a atteint la somme de 173.322.000 Francs CFA (plus de 260.000 euros)", a affirmé la présidence gabonaise dans un communiqué.

En 10 ans, la population d'éléphants au Gabon a chuté de 60% contre 90 dans la sous-région passant de 60.000 à 35.000-40.000, selon ce même communiqué.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
2 commentaires - La hyène tachetée, espèce qu'on croyait disparue au Gabon
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]