La Cour suprême vole au secours des saumons du Far West

Chargement en cours
Un saumon bondissant hors de l'eau  sur l'île de Bainbridge, dans l'Etat de Washington. Photo prise le 13 janvier 2004
Un saumon bondissant hors de l'eau sur l'île de Bainbridge, dans l'Etat de Washington. Photo prise le 13 janvier 2004
1/2
© Getty Images
A lire aussi

AFP, publié le lundi 11 juin 2018 à 18h51

Les saumons du grand Ouest américain peuvent dire merci à la Cour suprême à Washington, qui a confirmé lundi leur droit à remonter les rivières.  

Cette victoire pour l'écologie et les droits ancestraux amérindiens est paradoxalement acquise malgré un blocage de la plus haute institution judiciaire américaine: le magistrat Anthony Kennedy s'étant récusé dans ce dossier, la haute cour a rendu une décision à égalité de quatre juges contre quatre.

Cette impasse a pour conséquence de laisser en place le jugement d'une cour d'appel qui a donné raison à 21 tribus indiennes, soutenues par le gouvernement fédéral, opposées à l'Etat de Washington, au nord-ouest du pays.

Se plaignant de la chute des populations de saumons dans leurs réserves, les Indiens ont mené un combat judiciaire de 17 ans pour faire valoir leur droit de pêche, négocié au milieu des années 1850 en contrepartie du renoncement à leurs territoires de chasse.

Selon les tribus, la pénurie de saumons est précipitée par les conduites souterraines canalisant les rivières sous les centaines de routes asphaltées de l'Etat de Washington. 

En première instance (2007) et en appel (2016), la justice a ordonné aux élus dirigeant l'Etat de Washington de supprimer ces canalisations.

Celles-ci, débouchant en surplomb des cours d'eau, empêchent les saumons de remonter le courant pour se reproduire, ou de le descendre vers la mer.

Cette double victoire devant les tribunaux inférieurs est de facto confirmée lundi par l'impasse à la Cour suprême. 

L'Etat de Washington se retrouve en conséquence obligé de procéder à un chantier gigantesque, consistant à remplacer un millier de conduites, pour un budget qu'il estime à deux milliards de dollars.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.