La bactérie "tueuse d'oliviers" détectée sur des oliviers en Corse

La bactérie "tueuse d'oliviers" détectée sur des oliviers en Corse

Un olivier infecté par la bacterie xylella fastidiosa, à Caprarica proche Lecce idans la région des Pouilles dans le sud de l'Italie, le 10 février 2016

AFP, publié le mardi 03 avril 2018 à 20h30

La bactérie xylella fastidiosa, qui a décimé des milliers d'oliviers en Italie et reste sans remède connu, a été détectée pour la première fois sur des oliviers et chênes verts de Corse, a annoncé lundi le syndicat interprofessionnel des oléiculteurs de Corse (Sidoc).

Contactée par l'AFP, la préfecture de Corse a annoncé que "l'État allait refaire les analyses et rendre public les résultats" pour tous les tests positifs effectués par le laboratoire de l'Inra d'Angers à la demande du Sidoc.  

"C'est la première fois que l'olivier et le chêne vert sont touchés en Corse et qu'une filière économique, l'oléiculture, est touchée", a précisé à l'AFP Sandrine Marfisi, présidente du syndicat d'une filière qui représente 3 millions d'euros de chiffre d'affaires en Corse. 

En France, elle a été signalée pour la première fois en Corse, en juillet 2015. Au total, 25 foyers avaient déjà été détectés en région Provence-Alpes-Côte d'Azur et 350 en Corse, mais aucun sur des oliviers, jusqu'à présent. La bactérie en Corse, qui était de la sous-espèce dite "multiplex", a surtout touché des plantes ornementales comme le laurier-rose par exemple.

Contestant les analyses "toujours négatives" du laboratoire national de référence de l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (ANSES), seul habilité à effectuer les analyses sur les échantillons prélevés en Corse, le Sidoc a sollicité l'Inra d'Angers dont "l'expertise est internationalement reconnue et (les) méthodes réputées plus sensibles à la Xylella que celles de l'ANSES", explique-t-il dans un communiqué.

"Le verdict est tombé", poursuit le Sidoc: les oliviers de deux ronds-points du grand Ajaccio, à Baléone et Caldaniccia, des oléastres (oliviers sauvages), myrtes et chênes verts prélevés sur un large foyer à Ventiseri, sur la côte Est de la Corse, "sont déclarés infectés par Xylella fastidiosa". Les analyses pour identifier la sous-espèce de cette bactérie sont en cours, selon la même source.

Le syndicat a précisé que "ces résultats, confirmés par deux méthodes d'analyses moléculaires, ont été communiqués vendredi par le laboratoire de l'INRA d'Angers à la direction générale de l'alimentation du ministère de l'Agriculture".

Soulignant qu'il y a "10.000 hectares d'oliviers en Corse, 107.000 hectares de chênes verts et que l'oléastre est une plante endémique du maquis corse qui couvre plus de 300.000 hectares", le syndicat juge les risques de contamination "incommensurables".

Cette bactérie a été détectée pour la première fois en Europe en 2013 dans les Pouilles (sud de l'Italie).

Connue aux États-Unis sous le nom de maladie de Pierce (qui a fortement touché les vignobles californiens à la fin du XIXe siècle), la bactérie est transmise par des insectes de la famille des cigales, et a été détectée à ce jour dans quatre pays européens (Italie, France, Espagne et Allemagne).

Aucun remède ne permet actuellement de guérir les végétaux malades en plein champ et deux projets de recherche sur la Xylella fastidiosa sont financés par le programme Horizon 2020 de l'UE. Elle peut potentiellement toucher 359 espèces végétales, selon la sous-espèce détectée (multiplex, pauca, fastidiosa, sandyi, morus, tashke).

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.