Grande America: sans doute pas de pollution sur le littoral "avant 10 jours"

Chargement en cours
Le Sapeur de la Marien nationale en route vers la zone de pollution, le 18 mars 2019
Le Sapeur de la Marien nationale en route vers la zone de pollution, le 18 mars 2019
1/2
© AFP, Fred TANNEAU

AFP, publié le mardi 19 mars 2019 à 21h43

Une arrivée sur le littoral français de pollution consécutive au naufrage du navire italien Grande América "semble très peu probable avant 10 jours", a fait savoir mardi soir la préfecture maritime de l'Atlantique dans un communiqué.

"A ce stade, compte-tenu des conditions environnementales (...), de la distance à la côte et des résultats des modèles fournis par le comité de dérive, une arrivée sur le littoral français d'amas de fioul lourd semble très peu probable avant 10 jours", selon le texte.

"A la verticale de l'épave, une irisation de surface parsemée d'amas de fioul lourd est visible. La pollution initiale (...) a dérivé. Elle est constituée de petits amas de fioul disséminés" d'"une dimension moyenne comprise entre 50 et 100 cm", indique la préfecture maritime. 

Par ailleurs, l'amélioration des conditions météorologiques, nettement meilleures que les jours précédents, a permis mardi "la mise en oeuvre d'un dispositif complet de lutte anti-pollution" dans la zone du naufrage du Grande America, dans le golfe de Gascogne.

"Des barrages hauturiers ont été déployés avec la technique du chalutage en boeuf pour confiner (concentrer) le polluant et le pomper ensuite à bord des navires de lutte anti-pollution", selon le communiqué. Plusieurs navires français et espagnols sont présents sur zone.

"Les opérations ont été menées de manière simultanée", à la fois "à la verticale de l'épave où une irisation de surface parsemée de fioul lourd est toujours visible", de même que "sur la pollution initiale émise" par le navire lors de son naufrage.

L'amélioration de l'état de la mer a également permis de "réaliser une meilleure observation aérienne de la pollution". "Les vols réalisés ont permis la relocalisation de cinq conteneurs et deux radeaux pneumatiques". Un containeur de "matière non dangereuse" a été amené au port de la Rochelle où il est arrivé mardi midi.

Enfin, "des prélèvements d'échantillon en mer ont été réalisés" mardi matin "sur le front avant de la pollution" et transférés à terre pour analyses, précise le communiqué.

Le Grande America a sombré le 12 mars à 333 km à l'ouest de La Rochelle par 4.600 mètres de fond après un violent incendie. Il avait à son bord 365 conteneurs, dont 45 répertoriés comme contenant des matières dangereuses, plus de 2.000 véhicules, ainsi que 2.200 tonnes de fioul lourd dans ses soutes. Ses 27 occupants ont été secourus et ramenés à Brest, où une enquête pour pollution accidentelle a été ouverte. 

mcl/it  

Vos réactions doivent respecter nos CGU.