Galapagos : sans les humains, les populations d'animaux s'envolent

Galapagos : sans les humains, les populations d'animaux s'envolent
Un pingouin des Galapagos (illustration)
A lire aussi

, publié le samedi 24 octobre 2020 à 10h45

Plusieurs espèces endémiques de l'archipel ont profité de l'absence de perturbations dues aux activités humaines pour se multiplier. Cette hausse est aussi due à des conditions climatiques favorables dans le Pacifique.

La population de pingouins et cormorans aptères, deux espèces endémiques de l'archipel des Galapagos, a connu une augmentation record, selon les résultats d'un recensement publié vendredi 23 octobre par le Parc national des Galapagos (PNG), en Equateur.

"Le nombre de cormorans atteint un nombre record, d'après les données historiques remontant à 1977, tandis que le nombre de pingouins est au plus haut depuis 2006", a signalé le PNG dans un communiqué, sans préciser le nombre d'oiseaux à l'époque.

La population de pingouins des Galapagos, les seuls habitant sur l'équateur terrestre, est passée de 1.451 en 2019 à 1.940 en 2020. Dans le cas des cormorans aptères, leur nombre est passé de 1.914 à 2.220 sur la même période. Le pingouin des Galapagos est une des plus petites espèces de pingouins au monde. Ce volatile mesure jusqu'à 35 cm. Le cormoran de l'archipel est le seul de cette espèce à avoir perdu sa capacité à voler, mais a développé des aptitudes à la plongée.

L'étude réalisée par le PNG et la fondation Charles Darwin a eu lieu en septembre dernier auprès des principales colonies présentes sur les îles Isabela et Fernandina et sur les îlots Marielas, à l'ouest de cet archipel classé au patrimoine naturel de l'humanité. Pour Paulo Proaño, ministre de l'Environnement et de l'Eau équatorien, les résultats du recensement rendent compte du "bon état de santé de la population" de volatiles de l'archipel, situé à 1.000 km en face des côtes équatoriennes, selon les déclarations publiées par le PNG.

Le PNG estime que la présence du phénomène climatique de La Niña, qui aide à ce qu'il y ait plus de nourriture pour ces oiseaux, a participé à l'augmentation de leurs populations. Un autre facteur a été "l'absence de perturbations dans les zones de nidification de ces espèces par la paralysie des activités touristiques pendant la crise sanitaire" liée au Covid-19, a ajouté le Parc. L'archipel, qui a servi de laboratoire naturel au scientifique anglais Charles Darwin pour sa théorie de l'évolution des espèces, tient son nom des tortues géantes qui y vivent.
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.