France : les opposants à un projet d'enfouissement de déchets nucléaires bravent une interdiction de manifester

France : les opposants à un projet d'enfouissement de déchets nucléaires bravent une interdiction de manifester

Evacuation du bois Lejuc (Meuse) par les gendarmes, le 22 février 2018

AFP, publié le vendredi 02 mars 2018 à 16h55

Les opposants au projet d'enfouissement de déchets nucléaires dans une forêt du nord-est de la France ont annoncé vendredi leur intention de passer outre l'interdiction de manifester décrétée par les autorités locales qui redoutent ce week-end de nouveaux débordements.

Il y a une semaine, 500 gendarmes avaient évacué manu militari une quinzaine d'occupants du bois Lejuc, l'épicentre de la contestation, et des bulldozers avaient détruit bivouacs et barricades.

Devant la perspective de nouveaux "troubles graves à l'ordre public", la préfète du département de la Meuse, Muriel Nguyen, a pris jeudi soir un arrêté interdisant "toute manifestation".

"Plus de 700 opposants sont attendus" samedi et dimanche, dont "un nombre important" ont un "profil extrêmement inquiétant", a-t-elle dit à l'AFP.

"Il existe un fort risque d'affrontements avec les forces de l'ordre stationnées aux abords du bois", étant donné "le caractère jusqu'au-boutiste de certains des opposants" et "le mot d'ordre visant à réinvestir" la zone, a fait valoir la préfète.

"On est scandalisé. C'est un arrêté liberticide", a répliqué Juliette Geoffroy, porte-parole du Collectif contre l'enfouissement des déchets radioactifs (Cedra), ajoutant que l'appel au rassemblement lancé par les opposants était "maintenu".

Le site de Bure a été choisi en 1998 pour accueillir un laboratoire souterrain qui doit préparer l'enfouissement à 500 m sous terre des déchets nucléaires les plus radioactifs ou ayant une longue durée de vie du parc français.

Sur quelque 221 hectares, le bois Lejuc et ses abords ont été retenus par l'Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra) en vue de l'installation des cheminées d'aération du laboratoire.

L'Andra a prévu de réaliser des forages exploratoires dans la forêt afin de collecter des données avant de déposer une demande d'autorisation officielle de création du site, prévue pour 2019.

Depuis le lancement du projet, les manifestations d'opposants se sont multipliées et des recours judiciaires ont été intentés pour empêcher le début des travaux. En août, des affrontements avaient fait six blessés parmi les opposants et deux parmi les gendarmes.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
14 commentaires - France : les opposants à un projet d'enfouissement de déchets nucléaires bravent une interdiction de manifester
  • a Camille 235 avez vous des preuves pour ce que vous avancez certainement non alors il vaut mieux se taire avant de jeter l opprobe

  • En fin de compte, si on refuse l'enfouissement , la vraie bonne question laissée sans réponse du côté opposants: que fait-on de ces déchets? Ils existent et iront atterrir n'importe où et sans contrôle (sauf celui de mafias non identifiées), et ce sera pire que tout. A 500 m. sous terre, en un lieu précis, sécurisé et dûment contrôlé, c'est tout de même une solution plus responsable et honnête, en attendant de trouver mieux.

    bien d accord

  • "Il existe un fort risque d'affrontement", de quoi inciter les opposants violents à venir en découdre avec les forces de l'ordre, pendant ce temps on ne demande pas leur avis sur le sujet aux milliers d'opposants pacifiques, cherchez l'erreur !

    "on ne leur demande pas leur avis" ?

    La loi prévoit et exige un débat public. Chacun pourra s'exprimer s'il le souhaite, pacifiquement et par écrit.
    Pour se faire une opinion raisonnée l'information existe. Elle est abondamment diffusée par l'Andra, l'ASN, l'IRSN, la CNE2, l'OPECST, le ministère de l'écologie avec son PNGDMR, divers organismes internationaux, et j'en oublie.
    Le dépôt de la Demande d'autorisation administrative de Cigéo devrait avoir lieu l'an prochain.
    Et avec la phase pilote, le premier fût de déchets ne devraiit pas arriver avant 2035. Il y a de la marge pour construire une opposition argumentée d'ici là.

    Est ce qu’ils demandent l'avis des contribuables pour augmenter taxes et impôts ! ! !

  • c' est scandaleux d'enfouir des déchets nucléaires et si j'étais dans la région je ferais parti des opposants, de gauche ou de droite.
    Que de réflexions haineuses et stupides, je vous invite à "penser et réfléchir" avant d'écrire.

    "Penser et réfléchir"...
    Quelle est la situation actuelle ? Des déchets extrêmement dangereux, entreposés dans des piscines pour des décennies, sur plusieurs dizaines de sites.
    Seulement ils ont une durée de vie de centaines de milliers d'années. Pouvez-vous assurer que leur gardiennage se fera en toute sécurité pendant tout ce temps ? Non. Aucune société ne peut mobiliser du personnel motivé et encadré sur de telles durées. Aucun bâtiment ne tiendra debout intact aussi longtemps.
    Il y aura forcément des intrusions, et donc des morts par les radiations.
    Comment empêcher cela, sinon en les mettant dans un endroit inaccessible et scellé, 500 mètres sous terre ? Les garanties ne sont pas complètes, il y a des risques de dégagement d'hydrogène, d'explosion, d'incendie. Mais c'est tout de même la moins dangereuse des options.
    Rappelons que le dépôt de la DAC, demande d'autorisation de construction, ne se fera pas avant l'an prochain, le dossier est toujours soumis à l'étude de l'ASN et de l'IRSN, entre autres. Et qu'il devra être avalisé par le parlement.

    avatar
    VOSGESPAT  (privé) -

    Alors vous aussi réfléchissez avant d'écrire, vous avez certainement la solution pour stocker ces déchets en toutes sécurité, alors faites le savoir, plutôt que de critiquer et vous opposer aux décisions prises pour solutionner ce problème de stockage.

  • eux au moins ils bougent ! ils sont conscients des dangers que cela peut impliquer !! pas comme certains ici

    avatar
    VOSGESPAT  (privé) -

    Ils bougent gesticulent et laissent 225 tonnes de déchets dans le bois Lejuc, ça aussi c'est écologique, un bel exemple de la part de ceux qui veulent faire la morale aux autres.