Feux en Amazonie, pluie grise et particules fines à Sao Paulo

Chargement en cours
Photo prise le 13 octobre 2014 par un militant de l'ONG Greenpeace montrant un arbre au milieu d'une aire déforestée de l'Amazonie
Photo prise le 13 octobre 2014 par un militant de l'ONG Greenpeace montrant un arbre au milieu d'une aire déforestée de l'Amazonie
1/3
© AFP, RAPHAEL ALVES

AFP, publié le vendredi 23 août 2019 à 07h03

"Je n'avais jamais vu une telle situation, c'est un épisode critique", confie à l'AFP la biologiste Marta Marcondes en analysant des traces de la pluie du 19 août à Sao Paulo, quand la nuit est tombée prématurément.

L'Etat le plus peuplé du Brésil, dans le sud-est du pays, a été surpris lundi par une obscurité soudaine à 15h00 locales (18h00 GMT), et il a plu gris sur certaines contrées.

Les prélèvements présentent "une très grande quantité de particules fines", supérieure à la moyenne enregistrée dans des situations similaires, c'est-à-dire un épisode pluvieux après plusieurs jours de sécheresse, relate Mme Marcondes, spécialiste en ressources hydrauliques et en pollution de l'eau.

La professeure de l'Université municipale de Sao Caetano dit s'être "effrayée" de l'odeur de bois brûlé dégagée par les particules et l'aspect trouble des échantillons, mais a ajouté: "Il est trop tôt pour dire que c'est à cause des incendies", "nous devons maintenant enquêter".

Selon le physicien Saulo Ribeiro de Freitas, le phénomène qui a plongé Sao Paulo dans la pénombre a été produit par deux masses d'air, l'une provenant du nord et du centre-ouest (où se trouve la région amazonienne), et une autre d'origine polaire, et il s'est formé une traînée de fumée arrivant jusque dans le sud-est.

Même s'il ne s'agit pas d'un fait inédit, "c'était inhabituel, parce que le nombre d'incendies est terrifiant", avance le chercheur.

D'après l'Institut national de recherche spatiale (INPE), 75.336 feux de forêt ont été enregistrés dans le pays de janvier jusqu'au 21 août, soit 84% de plus que sur la même période de l'an dernier, et plus de 52% concernent l'Amazonie.

- "Des animaux brûlent vifs" -

Si l'avancée des feux dans la plus vaste forêt tropicale de la planète était très difficile à évaluer, l'INPE a fait état de près de 2.500 nouveaux départs de feu en l'espace de 48 heures dans l'ensemble du Brésil. La déforestation, qui avance rapidement, est la principale cause des départs de feu.

Le phénomène qui a touché Sao Paulo "est une alerte pour le pays. Nous sommes face à la mer et tournons le dos au Brésil", souligne M. Ribeiro de Freitas, en allusion à la position géographique de la capitale économique du Brésil, proche du littoral atlantique mais à des milliers de kilomètres de la jungle qui brûle depuis des semaines.

A Porto Velho, capitale de l'Etat amazonien de Rondônia, à 3.000 km au nord-ouest de Sao Paulo, la concentration de fumée a surgi dans l'actualité lorsqu'un vol a dû être dérouté par manque de visibilité.

"Le nuage de fumée nous pourrit la vie", dit à l'AFP Roberto dos Santos, un motard qui raconte comment les incendies bouleversent le quotidien de cette petite ville au bord du fleuve Madera. "Le matin, on ne peut même plus voir les voitures. Ma fille est tombée malade, j'ai dû l'emmener aux urgences. Des animaux brûlent vifs dans la jungle, certains fuient vers la ville pour y trouver refuge".


L'image d'un pompier de l'Etat de Mato Grosso (centre) en train de donner à boire, sur une terre ravagée par les flammes, à un tatou assoiffé - l'animal choisi comme mascotte pour la Coupe du monde 2014 - a été très partagée sur les réseaux sociaux.

D'autres messages, sous le mot-clef #ForaSalles, demandaient la démission du ministre de l'Environnement Ricardo Salles, qui avait minimisé la crise en début de semaine. Le président Jair Bolsonaro, lui, a avancé quant à l'origine de ces incendies que "les plus forts soupçons pèsent sur les ONG".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.