Face à l'augmentation des déchets en plastique, le WWF tire la sonnette d'alarme

Face à l'augmentation des déchets en plastique, le WWF tire la sonnette d'alarme
(photo d'illustration)
A lire aussi

Orange avec AFP-Services, publié le mardi 05 mars 2019 à 09h11

Dans un rapport publié mardi 5 mars, l'ONG dédiée à la protection de l'environnement estime que la production de plastique pourrait augmenter de 40% d'ici 2030. Face au danger environnemental que cela représente, elle appelle les gouvernements et les industriels à changer de logique.

En 2016, la production de plastique a atteint 396 millions de tonnes, soit l'équivalent de 53 kilos pour chaque habitant de la planète, et a entraîné des émissions de dioxyde de carbone d'environ deux milliards de tonnes, soit près de 6 % du total des émissions de dioxyde de carbone de l'année, déplore le WWF dans un rapport publié ce mardi 5 mars et dévoilé par plusieurs médias. 

Selon ce rapport intitulé "Pollution plastique : à qui la faute", qui s'appuie sur le rapport du cabinet conseil Dalberg Advisors, la production de plastique vierge a été multipliée par 200 depuis 1950 et a augmenté de 4 % par an depuis 2000.

À ce rythme, la production pourrait augmenter de 40% d'ici 2030. 

100 millions de tonnes de plastique transformées chaque année en polluant

Actuellement, près de la moitié du plastique produit dans le monde se transforme en déchets en moins de trois ans, mais "seuls 20 % de ces déchets sont collectés pour être recyclés". "Contrairement à certaines idées reçues, c'est un problème qui concerne tous les pays, analyse Ludovic Frère Escoffier, responsable du programme 'vie des océans' chez WWF-France, dans les colonnes du Figaro. Les pays aux plus forts revenus ont un meilleur traitement des déchets, mais ce sont aussi eux qui en produisent le plus". La France, un des plus gros consommateurs de matières plastiques, n'en recycle par exemple que 21 %. "À cause des défaillances systémiques de la filière plastique, il est moins coûteux de rejeter du plastique dans la nature que de le gérer efficacement jusqu'à la fin de sa vie", dénonce le WWF. 

Conséquence : 100 millions de tonnes de plastique se transforment chaque année en "polluant terrestre ou marin". Le WWF estime "qu'au moins un millier de tortues marines meurent chaque année des suites de l'enchevêtrement dans des déchets plastiques". Quelque 240 espèces animales auraient déjà ingéré du plastique, ce qui peut entraîner "des brûlures internes, des occlusions digestives et la mort". Des chercheurs ont notamment découvert des microplastiques dans les entrailles de mini crustacés vivant à près de 11 km de profondeur, a révélé la semaine dernière une étude publiée dans la revue Royal Society Open Science.

Changer de logique

L'ONG dédiée à la protection de l'environnement appelle les gouvernements et les industriels à changer de logique. "Nous demandons aux entreprises de prendre la mesure de la catastrophe en limitant l'usage du plastique. Cette démarche doit être commencée par les gouvernements qui peuvent dans un premier temps interdire les produits à usage unique (hors dispositifs médicaux). Enfin ce changement doit être initié par chacun de nous dans nos comportements", souligne Ludovic Frère Escoffier. 



"L'élimination progressive des produits en plastique à usage unique (couverts, touillettes, coton-tige, gobelets, pailles...) pourrait potentiellement réduire la demande de plastique de 40 % d'ici 2030", estime le WWF. Mais alors que l'Union européenne souhaite interdire ces objets d'ici 2020, le Sénat a voté en janvier dernier un amendement visant à reculer cette mesure d'un an, pour préserver les emplois de cette filière. "Les industriels essayent toujours de gagner du temps, de dire que cela remet en cause leur modèle économique, mais il n'y a pas de freins du point de vue des consommateurs", souligne auprès du Parisien la navigatrice et présidente du WWF-France Isabelle Autissier. "On peut utiliser des touillettes en bois pour boire son café, acheter une moquette en laine ou des jouets en bois plutôt qu'en plastique", assure-t-elle. 

 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.