Climat: de plus en plus de tortues femelles en Australie

Climat: de plus en plus de tortues femelles en Australie

Une tortue verte femelle (Chelonia mydas) photographiée à Sydney, Australie, le 6 mai 2004. Les chercheurs craignent que la population se réduise en l'absence d'un nombre suffisant de mâles

A lire aussi

AFP, publié le lundi 08 janvier 2018 à 22h42

La grande majorité des tortues vertes dans le nord de la Grande barrière de corail australienne sont désormais des femelles, ce que les chercheurs attribuent à des températures plus élevées qui influencent la détermination du sexe pendant la période d'incubation des oeufs. 

La plupart des 200.000 tortues vertes du nord de la Grande barrière sont désormais des femelles, ce qui pourrait menacer cette population parmi les plus importantes au monde, affirme une étude publiée lundi dans Current Biology.

Une évolution que les chercheurs attribuent au changement climatique. 

Deux populations génétiquement distinctes de tortues vertes coexistent dans la Grande barrière de corail. L'une se reproduit au sud et l'autre au nord, surtout sur les îles de Raine et de Moulter Cay.

Les scientifiques ont pu capturer des tortues dans le groupe d'îles de Howick au sud de la Grande barrière où ces deux populations de tortues chassent.  

Grâce à des tests d'endocrinologie et génétiques, ils ont pu identifier le sexe des tortues vertes et les origines de leur pouponnière.

Pour les tortues nées sur les plages plus chaudes du nord de la Grande barrière, 99,1% des jeunes et 86,8% des adultes étaient des femelles. Une proportion bien moindre chez les tortues originaires des eaux plus froides du sud de la Grande barrière, avec 65% de mâles et 69% de femelles.

"Les tortues vertes du nord de la Grande barrière ont produit principalement des femelles pendant les vingt dernières années", déplore Michael Jensen, un biologiste de l'Agence américaine océanique et atmosphérique (NOAA), principal auteur de cette étude.

Ce phénomène, couplé avec deux récents blanchissements coup sur coup de la Grande barrière de corail pour la première fois dans les annales, montrent que ces récifs coralliens et les écosystèmes en dépendant sont en première ligne du réchauffement planétaire, juge Dermot O'Gorman, directeur général du Fonds mondial pour la nature en Australie.

"L'Australie doit mettre en œuvre des mesures ambitieuses pour lutter contre le changement climatique qui permettront de sauver la Grande barrière de corail et ses créatures uniques", plaide-t-il.

"Les scientifiques savent maintenant à quoi ils sont confrontés et peuvent imaginer des mesures pour aider les tortues vertes", ajoute Dermot O'Gorman 

Une solution possible serait d'installer des sortes de parasols sur des plages où se trouvent d'importantes pouponnières pour réduire la température des nids afin de produire plus de mâles, explique-t-il. 

 
13 commentaires - Climat: de plus en plus de tortues femelles en Australie
  • on avait noté la même chose en Baie de Seine pour les bivalves, mais là c'est la pollution, vu que les bivalves sont des filtres comme les moules et les huîtres. Rassurez-vous on n'élève pas de moules ni d'huîtres dans l'estuaire, ni à proximité!... ni dans l'étang de Thau...

  • mais Est-ce qu'une soupe à la tortue femelle est meilleur qu'une soupe à la tortue mâle?

  • les féministes peuvent se réjouir dans quelques années il n'y aura plus de mecs pour leur faire des avances déplacées

  • avatar
    Sauvageon  (privé) -

    Explication pour ceux qui ne comprennent pas les pourcentages exprimés, suite à un article pour le moins embrouillé... : Dans une population animale il se trouve des individus adultes et des individus non matures appelés "Jeunes".

    Ce qui fait donc que =>
    * Dans le groupe de population ADULTE des plages les plus chaudes 86,8% des individus sont des femelles (donc le 13,2 % restant sont des mâles).
    Alors dans le groupe de population JEUNE 99,1 % sont des femelles (donc 0,9 % sont des mâles).

    * A l'inverse, dans le groupe de population adulte des eaux les plus froides 69% des individus sont des femelles (le reste étant donc composé de 31 % de mâles).
    Alors que chez le groupe des jeunes 65 % sont des mâles (le reste étant de 35 % de femelles).

    Ceci indiquant que lorsque les températures augmentent lors de l'incubation des œufs dans le sable la proportion de bébés tortues (jeunes) est majoritairement composé de femelles. Phénomène bien connu chez les reptiles qui voient le sexe de leurs bébés déterminé par la température régnant au sein du nid lors de l'incubation.

  • Dixit les scientifiques "Les tortues nées sur les plages plus chaudes du nord de la Grande barrière, 99,1% sont des jeunes et 86,8% des adultes étaient des femelles. Une proportion bien moindre chez les tortues originaires des eaux plus froides du sud de la Grande barrière, avec 65% de mâles et 69% de femelles.
    Curieux, 65% + 69% = 134 % ... sur 100% de naissance, il y a comme un problème !!!
    C'est comme de dire "L'Australie doit mettre en œuvre des mesures ambitieuses pour lutter contre le changement climatique qui permettront de sauver la Grande barrière de corail et ses créatures uniques"
    Ben voyons, sur 3000 km de long, ça va être simple ; ce n'est pas une baignoire dans laquelle on rajoute de l'eau froide pour faire baisser la température ...

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]