Bouaké, deuxième ville ivoirienne, privée d'eau

Bouaké, deuxième ville ivoirienne, privée d'eau

Photo prise le 11 avril 2018 du barrage de Bouaké, quasi à sec en raison de la sécheresse inédite que traverse cette zone du pays, mais aussi aux carrières de sable exploités dans la région qui ont détourné une partie des ...

A lire aussi

AFP, publié le mercredi 11 avril 2018 à 21h41

Bouaké, deuxième ville de Côte d'Ivoire avec 1,5 million d'habitants, vit sans eau depuis une semaine, a constaté un journaliste de l'AFP.

Le barrage qui fournit 70% de l'eau de la ville (centre) est à sec et seuls quelques quartiers sont alimentés par intermittence.

L'hôpital de la ville, les deux prisons et les campus universitaires, sont eux alimentés par des camions-citerne, en attendant que la situation s'améliore.

"Nous n'avons plus d'eau depuis une semaine. Nous luttons pour avoir de l'eau potable pour boire et pour faire la cuisine. C'est un véritable calvaire" affirme Eliezer Konan, un informaticien de Bouaké. 

Le directeur territorial de l'hydraulique, Seydou Coulibaly, attribue ces coupures à la sécheresse inédite que traverse cette zone du pays, mais aussi aux carrières de sable exploités dans la région qui ont détourné une partie des eaux irriguant le barrage.

D'autres attribuent cette sécheresse au réchauffement climatique.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.