Botswana: des dizaines de vautours, une espèce menacée, retrouvés morts

Botswana: des dizaines de vautours, une espèce menacée, retrouvés morts
Les autorités et les conservateurs du Botswana ont lancé une enquête après la découverte de dizaines de carcasses de vautours, une espèce en danger, qui auraient pu succomber à un empoisonnement

, publié le mercredi 28 octobre 2020 à 18h09

Les autorités et les conservateurs du Botswana ont lancé une enquête après la découverte de dizaines de carcasses de vautours, une espèce en danger, qui auraient pu succomber à un empoisonnement, a indiqué un expert mercredi.

Selon le responsable de la vie sauvage au Botswana, Motshereganyi Kootsositse, les rapaces ont été découverts la semaine dernière dans la région du Makgadikgadi (nord-est).

"Le 22 octobre, au moins 55 vautours à dos blanc ont été retrouvés morts, probablement par empoisonnement", a-t-il déclaré à l'AFP.

La mort de vautours par empoisonnement n'est pas rare au Botswana.

"Nous recensons souvent des vautours morts dans tout le pays. La situation s'aggrave, le nombre de vautours décline largement en raison d'empoisonnement dû à la mauvaise utilisation de produits agricoles chimiques", a-t-il détaillé.

En juin l'an dernier, 537 carcasses avaient été découvertes, un record, dans la réserve de Chobe, dans le nord du Botswana. Les vautours avaient mangé la carcasse de trois éléphants tués par des braconniers.

Selon M. Kootsositse, des études ont montré que l'empoisonnement et le commerce à des fins de médecine traditionnelle étaient responsables à 90% de la mort des vautours en Afrique.

Le vautour à dos blanc, aussi appelé vautour africain, figure sur la "liste rouge" des espèces d'oiseaux en danger dressée par l'Union internationale pour la conservation de la nature.

En septembre, le gouvernement du Botswana, pays enclavé entre la Zambie, la Namibie et l'Afrique du sud, a annoncé que des centaines d'éléphants retrouvés mystérieusement morts dans la région du delta de l'Okavango (nord), avaient succombé à une bactérie.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.