Bordeaux mesure la pollution des paquebots qui s'amarrent sur ses quais

Bordeaux mesure la pollution des paquebots qui s'amarrent sur ses quais
Un paquebot de croisière de 170 m de long fait escale à Bordeaux le 1er octobre 2017
A lire aussi

AFP, publié le mercredi 04 avril 2018 à 18h38

La pollution atmosphérique dégagée par les paquebots qui s'amarrent durant la saison touristique sur les quais de Bordeaux, en plein centre ville, va être mesurée à partir de jeudi pour répondre à l'inquiétude des riverains, a annoncé mercredi Atmo Nouvelle-Aquitaine, agence chargée de cette campagne.

"Depuis quelques années, Bordeaux accueille des navires qui accostent au port de la Lune. Cette activité suscite des interrogations chez les riverains, les élus et les gestionnaires bordelais quant à son impact sur l'environnement", a expliqué dans un communiqué cet observatoire régional de l'air.

Durant deux mois, l'agence va étudier l'impact à quai de quelque 13 paquebots qui sont attendus à Bordeaux, généralement des navires de croisière maritime qui font une halte de 24 à 48 heures durant laquelle ils laissent tourner leurs moteurs diesel pour générer de l'électricité.

Atmo mesurera également la pollution générée par les navires de croisière fluviale, concernant cette fois-ci des bateaux bien plus petits qui croisent dans l'estuaire pendant la saison touristique. Ceci avant l'électrification à venir des pontons qu'ils utilisent.

Cette électrification n'est pas possible pour les énormes paquebots de croisière dont le fioul, à forte teneur en souffre, inquiétait déjà l'an dernier les élus écologistes de la ville.

L'Atmo mesurera ainsi notamment les particules en suspension (PM10), les oxydes d'azote (NOx), et le dioxyde de soufre (SO2).

Depuis ces dernières années, une cinquantaine de paquebots de croisière font escale à Bordeaux à la belle saison, une manne supplémentaire pour un tourisme en plein développement.

Les résultats de cette étude seront connus en septembre.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.