2020, sur le podium des années les plus chaudes, alerte l'ONU

2020, sur le podium des années les plus chaudes, alerte l'ONU
Les rives asséchées du lac Ypacarai, le 5 novembre 2020 à San Bernardino, au Paraguay
A lire aussi

, publié le mercredi 02 décembre 2020 à 17h45

2020 s'annonce comme l'une des trois années les plus chaudes jamais enregistrées, et il y a un risque que la hausse du mercure dépasse les 1,5°C, seuil gravé dans le marbre de l'Accord de Paris, d'ici à 2024, alerte mercredi l'ONU.

"L'équilibre écologique de la planète est rompu" et "l'humanité fait la guerre à la nature, c'est suicidaire", a dénoncé le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, réclamant que le sommet du 12 décembre pour marquer le 5e anniversaire de l'Accord de Paris sur le climat permette de déclencher un véritable mouvement.

La Nouvelle-Zélande n'a pas attendu, proclamant mercredi l'état d'"urgence climatique". Le pays, dont les côtes sont menacées par le réchauffement, suit un mouvement lancé le 1er mai 2019 par le Parlement britannique, suivi par l'Irlande.

"Faire la paix avec la nature" doit "être la priorité absolue pour tout le monde, partout", a lancé le chef de l'ONU, en se félicitant des premiers engagements vers la neutralité carbone émis par la Chine, l'Union européenne, le Japon ou la Corée du Sud.

Selon le rapport annuel provisoire de l'Organisation météorologique mondiale (OMM) sur l'état du climat mondial, la décennie qui s'achève sera la plus chaude jamais observée, de même que les six années écoulées depuis 2015.

Selon les données provisoires, 2020 atteint le deuxième rang des années les plus chaudes, après 2016 et avant 2019, avec une température moyenne mondiale entre janvier et octobre supérieure d'environ 1,2°C à celle de la période de référence 1850-1900.

La différence entre ces trois années est cependant faible et le classement exact pourrait changer une fois les données disponibles pour l'année entière, précise l'OMM.

"Les années de chaleur record ont généralement coïncidé avec un fort épisode El Niño, comme ce fut le cas en 2016. La Niña a tendance à refroidir les températures mondiales, mais l'anomalie apparue cette année n'a pas suffi à freiner le réchauffement", a déclaré le secrétaire général de l'OMM, Petteri Taalas.

Le phénomène météorologique naturel La Niña est l'inverse du phénomène El Niño et correspond au refroidissement des eaux de surface dans le centre et l'est du Pacifique équatorial.

Et selon l'OMM, il y a au moins une chance sur cinq que la température moyenne mondiale dépasse temporairement 1,5°C d'ici 2024.

Dans l'Accord de Paris, signé en décembre 2015, 195 pays se sont engagés à limiter la hausse de la température "bien en deçà de 2°C" par rapport à l'ère pré-industrielle et de "poursuivre les efforts pour limiter la hausse de la température à 1,5°C", afin d'éviter des conséquences dramatiques et irréversibles.

"Il a fallu environ un siècle pour que nos gaz à effet de serre réchauffent la planète de 1°C, nous sommes en voie d'ajouter 1°C supplémentaire dans les 30 prochaines années seulement", a observé Neville Nicholls, professeur à l'Université Monash en Australie.

Selon un rapport du Programme des Nations unies pour l'Environnement (PNUE) publié mercredi, le monde doit réduire la production d'énergies fossiles de 6% par an d'ici 2030 pour espérer limiter le réchauffement à +1,5°C. Mais les prévisions tablent sur une hausse.

- Mauvaises nouvelles -


Chaleur extrême, incendies, inondations, acidité croissante des océans, saison record des ouragans dans l'Atlantique... autant de signes que le changement climatique a continué sa progression inexorable cette année.

La chaleur la plus remarquable a été observée cette année en Asie du Nord, en particulier dans l'Arctique sibérien, où les températures ont été supérieures de plus de 5°C à la moyenne. 

Fin juin, 38°C ont été relevés à Verkhoyansk en Sibérie, ce qui est provisoirement la température la plus élevée constatée au nord du cercle arctique. 

La saison des incendies, qui ont ravagé de vastes zones en Australie, en Sibérie, sur la côte ouest des Etats‑Unis et en Amérique du Sud, a été la plus active de ces 18 dernières années.

Et "les inondations dans certaines régions d'Afrique et d'Asie du Sud-Est ont entraîné des déplacements massifs de population et ont compromis la sécurité alimentaire de millions de personnes", a observé M. Taalas.

Au rayon des mauvaises nouvelles, la banquise arctique a atteint en septembre son minimum annuel, classé au deuxième rang des moins étendus en 42 ans d'observations satellitaires.

L'étendue de la banquise antarctique en 2020, a elle en revanche été similaire, ou légèrement supérieure, à la moyenne de ces 42 dernières années, tandis que le Groenland a continué de perdre de sa masse, bien qu'à un rythme plus lent qu'en 2019.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.