Yvette Horner, art sonique et vieilles bretelles

Yvette Horner, art sonique et vieilles bretelles
Tour de France 1958 : l'accordéoniste Yvette Horner dans la caravane du Tour avec son accordéon.
A lire aussi

Libération, publié le mardi 12 juin 2018 à 14h12

Eternité ringarde d'une France mythifiée, douce, rance et qui n'a jamais existé. Modernité fluorescente (comme ses cheveux orange vif), fleuron des Trente Glorieuses, icône clignotante des années 80, draguée par toutes les époques et tous les partis mais jamais récupérée. Yvette Horner est morte lundi soir à l'âge de 95 ans, à son domicile de Courbevoie (Hauts-de-Seine). Tombe un monument de la culture populaire, un personnage kitsch à peine esquinté par les 12 kilos de son accordéon, ses 70 ans de carrière, ses 125 disques enregistrés et 30 millions de vinyles qui refluent aujourd'hui dans les brocantes et vide-greniers.

Un malheur aux pistons

«Vevette» était «DJ». Obligatoire invitée aux fêtes, anniversaires, thés dansants, jusqu'aux spectacles de

Lire la suite sur Libération

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.