Vente de la collection Campion : «J'ai toujours eu envie de m'acheter une roulotte»

Vente de la collection Campion : «J'ai toujours eu envie de m'acheter une roulotte»
Cette roulotte, qui date de 1925, a été achetée par une passionnée qui souhaite rester anonyme.

leparisien.fr, publié le vendredi 27 avril 2018 à 09h23

Acheteurs anonymes, musées... les collectionneurs étaient nombreux jeudi lors de la vente aux enchères des vieux manèges et autres objets de foire de Marcel Campion.

Discrétion, discrétion, tel est toujours le maître des mots des collectionneurs... Règle assez bien respectée hier pour la vente Campion, où peu acceptaient de répondre aux questions. La volonté d'anonymat va même parfois se nicher chez de simples particuliers, comme cette dame qui vient de s'offrir une magnifique roulotte datant de 1925. « J'ai toujours eu envie de m'en acheter une. Alors quand j'ai vu celle-là, qui a une histoire, j'ai craqué. Mais ne dites pas mon nom ».

Pierre 54 ans, sera plus prolixe. Peut-être parce qu'il vient de Belgique. « Je collectionne depuis une vingtaine d'années les sujets de manège. Plus particulièrement les voitures et les motos. J'en ai un peu partout chez moi, près de Bruxelles. Je viens d'acheter quatre lots. Je vais voir si je peux en prendre d'autres, cela dépend du prix. Je me suis fixé un budget de 3 000 € maximum. »

Parti avant la fin, Zeev Gourarier n'a lui aucune raison de se cacher. Directeur des collections du Mucem (Musée des civilisations de l'Europe et la Méditerranée) de Marseille et ancien directeur adjoint du Musée des arts et traditions populaires, il vient de mettre la main sur trois belles pièces pour enrichir le fond de son établissement, dont un automate diseur de bonne aventure et un bouffe balles.

Le bouffe balles a été acquis par le Mucem de Marseille pour 7 150 €, frais compris. LP/Guillaume Georges

Le bouffe balles est une attraction où le joueur doit réussir à viser, avec des balles, la bouche d'une figurine, souvent un homme politique. Cet ensemble a été conçu vers 1970. Il représentait alors Idi Amin Dada ou Raymond Barre. Il a changé de têtes dans les années 1980 pour inclure, entre autres, Bernard Tapie et Yasser Arafat.

« Ce sont des pièces qui nous manquaient, nous sommes venus pour les acquérir et je crois que nous les avons payées un bon prix, estime-t-il. Il est faux de dire que l'Etat ne se préoccupe pas de l'art forain. Il a déjà beaucoup acquis. Nous avons à Marseille l'une des plus grandes et belles collections d'Europe. C'est vrai qu'elles ne sont sans doute pas assez exposées. Mais il faudrait construire dix musées supplémentaires pour pouvoir tout montrer. Et je ne suis pas sûr que le contribuable soit d'accord... »

Ce manège, constitué de cinq nacelles en forme de bateau, date d'avant 1950. Il a été adjugé 7 410 €, frais compris. DR

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.