Une Mona Lisa déjantée et télépathe séduit le festival de Venise

Chargement en cours
L'actrice Kate Hudson, au festival de Venise, avec le film "Mona Lisa and the Blood Moon" ("Mona Lisa et la lune de sang"), le 5 septembre 2021
L'actrice Kate Hudson, au festival de Venise, avec le film "Mona Lisa and the Blood Moon" ("Mona Lisa et la lune de sang"), le 5 septembre 2021
1/2
© AFP, Filippo MONTEFORTE

publié le dimanche 05 septembre 2021 à 19h04

Le parcours chaotique de "Mona Lisa", une jeune fille dotée de pouvoirs télépathiques qui s'échappe d'une institution psychiatrique en Louisiane, a séduit dimanche le Festival de Venise, où ce film américain avec Kate Hudson dans un rôle à contre-emploi est en lice pour le Lion d'or.

"Mona Lisa and the blood moon" ("Mona Lisa et la lune de sang"), mix surprenant de conte de fées et de jeu vidéo ponctué de musique techno et métal, est signée de l'Américaine d'origine iranienne Ana Lily Amirpour, l'une des cinq réalisatrices en compétition (sur un total de 21 films) cette année à Venise.

Elle y avait déjà reçu en 2016 le Prix spécial du jury pour son deuxième film, "The bad batch", avec Jason Momoa, Keanu Reeves et Jim Carrey.

Jun Jong Seo, actrice sud-coréenne de 27 ans, interprète ce personnage hors norme qui débarque du jour au lendemain à La Nouvelle Orléans. Elle y bouleverse le quotidien de Bonnie Belle, une mère célibataire stripteaseuse interprétée par Kate Hudson, surprenante et géniale dans ce personnage à mille lieues des comédies romantiques à l'eau de rose qui l'ont rendue célèbre.

Mona Lisa ne tarde pas à nouer un lien fort avec Charlie, le petit garçon solitaire de Bonnie. Les deux comparses décident alors de se lancer dans une nouvelle vie: un voyage qui n'est pas une promenade de santé mais qui leur permet à tous deux de grandir au milieu d'un monde de faux-semblants dans lequel un vendeur de drogues se révèle un ange gardien.

En conférence de presse, Kate Hudson a raconté comment elle s'était retrouvée "à trois heures du matin, allongée par terre dans la rue Bourbon", principale artère du Quartier français, lieu de retrouvailles des fêtards et amateurs de jazz au cœur de La Nouvelle Orléans.

"C'est là que je me suis dit qu'on fait vraiment des trucs dingues pour les films", a plaisanté l'actrice de 42 ans, qui fut héroïne de "Comment se faire larguer en dix leçons". 

"Elle était enceinte jusqu'au cou quand je l'ai rencontrée et je lui ai dit: +Sors ton bébé et viens faire la stripteaseuse+!", a raconté de son côté la réalisatrice.

"Les films fantastiques qui me plaisaient quand j'étais enfant donnaient le pouvoir aux +outsiders+. J'ai trouvé en eux des héros qui m'ont rendue visible et ont alimenté ma quête de liberté", a témoigné la cinéaste de 40 ans, dont les parents ont fui l'Iran après la révolution de 1979.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.