Une blogueuse vietnamienne dissidente fait voeu de poursuivre sa lutte

Une blogueuse vietnamienne dissidente fait voeu de poursuivre sa lutte
La dissidente vietnamienne Me Nam à son arrivée, le 18 octobre 2018, à l'aéroport de Houston après sa libération de prisonau Vietnam

AFP, publié le jeudi 18 octobre 2018 à 13h09

Une dissidente vietnamienne, arrivée mercredi soir aux Etats-Unis après avoir été libérée en pleine visite du ministre américain de la Défense Jim Mattis au Vietnam, a fait voeu de poursuivre sa lutte, dès sa descente d'avion.

"Je ne serai jamais réduite au silence", a-t-elle déclaré par téléphone à l'AFP à son arrivée à l'aéroport de Houston, au Texas.

De nombreux partisans l'attendaient à son arrivée, retransmettant l'événement en live sur Facebook.

"Je vais continuer à faire entendre ma voix jusqu'à ce que les droits de l'homme soient de mise au Vietnam", a ajouté celle qui est plus connue sous le nom de plume Me Nam ou "Mother Mushroom" ("Mère champignon").

"Il était temps pour moi de penser à ma famille. J'ai pris cette décision en pensant à l'avenir de mes deux enfants", a-t-elle encore dit.

Sa libération surprise est survenue mercredi alors que le secrétaire américain à la Défense se trouvait en déplacement au Vietnam. Jim Mattis n'a pas publiquement évoqué la question des droits de l'homme, mais Washington a salué la libération de "Mother Mushroom" et appelé à celle de toutes les dissidents.

"Nous allons continuer d'appeler le gouvernement vietnamien à libérer tous les prisonniers de conscience", a réagi la porte-parole de l'ambassade américaine à Hanoï, Karen Tang.

Mais peu après la libération mercredi de "Mother Mushroom", un jeune dissident de 27 ans, Nguyen Dinh Thanh, a été condamné dans la province de Binh Duong, dans le sud du Vietnam, à sept ans de prison pour "diffusion d'informations anti-étatiques". Cet ancien étudiant en médecine est accusé d'avoir imprimé quelque 3.000 tracts destinés à être distribués lors d'une manifestation.

Et jeudi, dans la province de Nghe An, un autre opposant, Le Dinh Luong, a vu sa peine de 20 ans de prison maintenue en appel, laissant peu d'espoir quant à une soudaine libéralité du régime communiste à parti unique.

La blogueuse "Mother Mushroom", lauréate du "Woman of Courage Award" du département d'Etat américain, avait été condamnée à dix ans de prison en juin 2017 pour propagande anti-étatique. Sa fille de dix ans avait appelé à l'aide Melania Trump, la femme du président américain.

Elle avait été arrêtée en octobre 2016 après avoir rendu visite à un autre militant en prison. Même derrière les barreaux, elle était resté inébranlable dans son opposition au gouvernement communiste, observant plusieurs grèves de la faim.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.