Un tyran de la père espèce

A lire aussi

Libération, publié le vendredi 17 novembre 2017 à 18h16

Pour approcher la personnalité d'un général péruvien complice de violences et serviteur de plusieurs dictateurs, c'est sa vie amoureuse qu'il faut fouiller et raconter en long et en large. Ses mensonges et ses sincérités successives, sa double vie, ses excuses à la pelle déballées aux épouses et aux enfants pour se faire plaindre, son intarissable besoin de conquêtes féminines et son insensibilité aux chagrins qu'il cause, tout ce théâtre baroque et stupéfiant constitue la moitié de la Distance qui nous sépare,

«roman d'autofiction» de Renato Cisneros. C'est un livre d'amour sur un homme politique autoritaire, un livre que l'on n'a pas envie de terminer tant il est traversé par l'intelligence et la tendresse. L'auteur quadragénaire y enquête sur ce qui le lie à son…

Lire la suite sur Libération

 
0 commentaire - Un tyran de la père espèce
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]