Un architecte japonais construira une galerie protégeant le portail de la cathédrale d'Angers

Chargement en cours
La cathédrale Saint-Maurice d'Angers en juillet 2014 à Angers
La cathédrale Saint-Maurice d'Angers en juillet 2014 à Angers
1/2
© AFP

, publié le vendredi 23 octobre 2020 à 21h24

L'architecte japonais Kengo Kuma a été choisi pour la construction d'une galerie contemporaine visant à protéger le portail occidental de la cathédrale d'Angers, dont les précieuses polychromies devaient être sauvegardées, a annoncé vendredi le ministère de la Culture.

Saint-Maurice d'Angers dispose d'un portail sculpté du XIIe siècle, et, en 2009, des travaux de nettoyage avaient révélé des vestiges de polychromies médiévales et modernes qui ont fait l'objet depuis d'une restauration conduite par la Direction régionale des affaires culturelles (DRAC).

Ce portail, a précisé un communiqué, est un des rares témoignages de la polychromie des cathédrales au Moyen Age, et seule la construction d'une nouvelle protection pérenne permettra de les préserver.

"Après plusieurs études historiques et archéologiques, les données recueillies n'ont pas été jugées suffisantes pour envisager une reconstitution à l'identique de la galerie ancienne", a ajouté le ministère.

C'est pourquoi la Commission nationale du patrimoine et de l'architecture (CNPA) avait validé en 2019 un projet inédit de création d'une galerie contemporaine protégeant ce portail. 

Un jury réuni la semaine dernière, composé du préfet du Maine-et-Loire, du maire, de l'évêque d'Angers, de différents responsables, experts et architectes, a analysé les projets des cinq équipes d'architectes et  sélectionné celui de Kengo Kuma.

Selon le ministère de la Culture, il "s'intègre harmonieusement à un bâtiment patrimonial majeur et plus largement à son contexte urbain".

Architecte de notoriété internationale, Kengo Kuma dispose d'un bureau à Paris et est chargé notamment, en France, de l'extension du musée Albert Kahn à Boulogne-Billancourt.

Roselyne Bachelot a "salué cette démarche inédite, s'agissant d'une cathédrale, qui démontre une nouvelle fois la fécondité du dialogue entre création contemporaine et patrimoine".

Le débat sur le mariage de l'ancien et du contemporain, notamment pour les cathédrales, enflamme les esprits. La possibilité d'un "geste contemporain", avancée par Emmanuel Macron après l'incendie de Notre-Dame de Paris pour reconstruire sa flèche, avait été abandonnée devant le tollé qu'elle avait suscité. Une reconstruction à l'identique est prévue. 

Le volet culture du grand plan de relance du gouvernement prévoit un "plan cathédrales" de 80 millions d'euros qui a pour objectif de renforcer et accélérer leur restauration. Après l'incendie de Notre-Dame de Paris, puis celui de Saint-Pierre-et-Saint-Paul de Nantes cette année, le ministère a décidé d'amplifier les travaux de restauration et de sécurisation des 87 édifices propriétés de l'Etat.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.