Uma Thurman, Weinstein et Tarantino, des souffrances hors-champ

Uma Thurman, Weinstein et Tarantino, des souffrances hors-champ

Quentin Tarantino et Uma Thurman à Cannes, en mai 2004, pour la projection de «Kill Bill: Volume 2».

Libération, publié le lundi 05 février 2018 à 09h46

Kill Bill: Volume 1 s'ouvrait avec le proverbe «La vengeance est un plat qui se mange froid.» Son actrice principale, Uma Thurman, aura attendu vingt-cinq ans avant de se confesser au New York Times sur ses relations avec le producteur Harvey Weinstein. Un aveu lui-même sous forme de menu en trois services, commençant en octobre avec une interview pour Access Hollywood où, interrogée sur le harcèlement sexuel à Hollywood, l'actrice se disait «trop en colère» sur le moment pour répondre et craignait de dire quelque chose qu'elle regretterait. Puis ce fut un post sur son Instagram souhaitant un joyeux Thanksgiving à tout le monde... sauf à Harvey Weinstein («Je suis heureuse que cela prenne du temps - tu ne mérites pas une balle»).

Le témoignage de Thurman était forcément…

Lire la suite sur Libération

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
0 commentaire - Uma Thurman, Weinstein et Tarantino, des souffrances hors-champ
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]