Turquie: les journalistes de Cumhuriyet manifestent pour leur patron emprisonné

Turquie: les journalistes de Cumhuriyet manifestent pour leur patron emprisonné

Des manifestants brandissent des portraits du patron du quotidien turc d'opposition Cumhuriyet, emprisonné depuis 501 jours, le 15 mars 2018 à Istanbul

AFP, publié le jeudi 15 mars 2018 à 13h50

Des journalistes du quotidien d'opposition turc Cumhuriyet ont manifesté devant un tribunal d'Istanbul jeudi en soutien à leur patron emprisonné depuis plus de 500 jours dans une affaire qui suscite l'inquiétude de défenseurs de la liberté de la presse.

Incarcéré depuis 501 jours, Akin Atalay, président du conseil exécutif de la Fondation Cumhuriyet, qui détient le journal, est le dernier membre de Cumhuriyet à être en détention préventive dans le cadre d'un procès controversé en lien avec le "terrorisme".

Parmi les quelques dizaines de manifestants présents devant le tribunal de Caglayan figuraient le rédacteur en chef Murat Sabuncu et le journaliste d'investigation Ahmet Sik, tous deux remis en liberté conditionnelle la semaine dernière, a constaté une correspondante de l'AFP.

"C'est réconfortant de voir le ciel", a déclaré à l'AFP M. Sabuncu, mais "on n'est pas heureux d'être libres dans ces circonstances, car Akin Atalay est toujours enfermé. Nous avons laissé notre ami en prison".

Le procès de 17 collaborateurs de Cumhuriyet suscite l'inquiétude des défenseurs de la liberté de la presse qui dénoncent la multiplication des pressions contre les médias sous la présidence de Recep Tayyip Erdogan, notamment depuis le putsch manqué de juillet 2016.

Les journalistes sont accusés d'avoir aidé trois organisations "terroristes" et risquent jusqu'à 43 ans de prison. Cumhuriyet rejette en bloc l'accusation, estimant que le pouvoir cherche à réduire au silence l'un des derniers organes de presse indépendants en Turquie.

"Depuis le début, nous savons que ce procès se base sur des allégations infondées, illégales et injustes", a déclaré à l'AFP Musa Kart, caricaturiste vedette de Cumhuriyet qui fait partie des accusés et a été remis en liberté conditionnelle l'an dernier.

"Nous continuerons de faire du journalisme, car le journalisme n'est pas un crime", a promis Ahmet Sik lors du rassemblement jeudi.

La Turquie occupe la 155e place sur 180 au classement de la liberté de la presse établi par l'ONG Reporters sans frontières (RSF).

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
2 commentaires - Turquie: les journalistes de Cumhuriyet manifestent pour leur patron emprisonné
  • Liberté de la presse? erdogan, connait pas! Si les journalistes commencent a écrire ce qu'ils pensent , ou va - t-on!

  • Avec Trump, Kim Jung Un, Bachar Al Assad, Erdogan complète le quator, mais ce n'est pas de la musique..