Tout près des étoiles: quand la danse donne des ailes aux enfants fragilisés

Chargement en cours
Les étoiles de l'Opéra de Paris Hugo Marchand et Dorothée Gilbert dansent pour Maély, soignée à l'hôpital Necker-Enfants malades à Paris, le 11 juin 2021
Les étoiles de l'Opéra de Paris Hugo Marchand et Dorothée Gilbert dansent pour Maély, soignée à l'hôpital Necker-Enfants malades à Paris, le 11 juin 2021
1/6
© AFP, Lucas BARIOULET

publié le mardi 22 juin 2021 à 09h51

Dans une salle de réanimation d'où s'échappe le bip du moniteur, une image insolite: un garçon intubé regarde intensément deux étoiles de l'Opéra de Paris en costume chatoyant esquisser devant lui des pas de danse.

"On va faire une promenade, une arabesque et hop, un porté poisson", explique le danseur Hugo Marchand en exécutant ces pas avec sa partenaire Dorothée Gilbert. "On venait juste te faire un petit coucou et on t'embrasse": l'enfant leur répond avec un petit salut de la main. 

Dans une autre salle de l'hôpital Necker-Enfants malades (AP-HP), c'est un bébé qui regarde, les yeux ronds, le costume de Dorothée Gilbert voltiger au rythme d'une pirouette. 

Derrière cette initiative, une association basée en Suisse et en France, "The What Dance Can Do Project" qui, depuis sa création en 2018, oeuvre pour faire entrer la danse dans la vie des enfants, en particulier ceux qui connaissent la pauvreté, l'exil et la maladie. 

- Un peu de légèreté -

Son champ d'action ne cesse d'élargir, d'un orphelinat au Maroc à une école de danse à Wellington en Nouvelle-Zélande, en passant par des hôpitaux à Zurich ou à Paris. A Necker, des danseurs de l'Opéra devenus "ambassadeurs" de l'association apportent un rayon de soleil à des enfants souffrant de défaillance de leurs fonctions vitales.

"Tout à coup, on voit que ça les sort de leur quotidien compliqué. Ce qui m'émeut le plus, c'est parvenir à apporter un peu de légèreté", déclare à l'AFP Hugo Marchand. "J'ai toujours l'espoir que ces enfants s'endorment le soir (en faisant) un rêve de danse".

"Dans leur regard, on a l'impression de voir des étincelles, de curiosité, d'admiration peut-être, ou juste +mais qu'est ce qu'ils fabriquent ces deux là?+", rit Dorothée Gilbert, qui veut "faire oublier à ces enfants ne serait-ce qu'une minute qu'ils sont dans un hôpital, les faire voyager".

De son lit, Maély, 15 ans, sourit en observant Hugo Marchand sauter dans le couloir. "On est comme de grandes grenouilles", plaisante-t-il.  

"Il n'y a pas de langage dans le ballet?", demande-t-elle. Les danseurs lui montrent alors des exemples de pantomime. "Je suis la reine des cygnes", dit Dorothée Gilbert, sa main droite représentant une couronne au-dessus de sa tête.

De salle en salle, les étoiles, un rien émues, vêtues de costumes verts et dorés d'un grand ballet académique, "La Bayadère", et de masques chirurgicaux, plaisantent avec les soignants et expliquent leur métier. "C'est comme Jasmine et Aladdin. Et dans le deuxième acte, je me marie et j'arrive sur un énorme éléphant, tu t'imagines?", lance Hugo à un petit garçon amusé.

Parfois, ce sont les jeunes qui surprennent les danseurs. "Et (vous dansez) la Reine des Neiges?", demande Patricia, 16 ans, alors qu'ils lui énuméraient des noms de classiques du ballet.

"On voit le bienfait sur certains patients après le passage d'intervenants extérieurs; on les voit sourire alors qu'ils ne souriaient plus", affirme à l'AFP Fabrice Lesage, responsable du service de réanimation. "Ca leur donne de l'énergie pour aller mieux".

- "Nations unies de la danse" -*

Pour les danseurs, l'expérience apporte le sentiment d'être "utiles" à la société, explique Hugo, qui une fois a fait venir de jeunes exilés au Palais Garnier pour un cours de danse avec une autre étoile "ambassadrice", Léonore Baulac.

Convaincue que la danse permet de favoriser l'émancipation, Aurélia Sellier, l'initiatrice du projet, s'était inspirée lors d'un déplacement dans un township en Afrique du Sud du danseur et chorégraphe Theo Ndindwa, qui milite pour la danse comme vecteur de changement social.

Avec une trentaine de bénévoles et du financement participatif, l'association collabore avec des professeurs de danse locaux, comme à Tunis ou à Kibéra (Kenya), où les enfants "ont très conscience d'être exclus du reste de la société et qui s'affirment par la posture de la danse", notamment classique, indique Mme Sellier.

Les interventions ne se limitent au ballet, mais touchent aussi au contemporain et au hip hop, voire la chorégraphie, comme pour un projet lancé avant le Covid avec de jeunes exilés à Paris.

"Notre but dans cinq, dix ans, est d'avoir une fédération internationale avec des associations locales....une sorte de Nations-Unies de la danse", sourit Mme Sellier.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.