Théâtre : Madeleine Proust tire sa révérence

Théâtre : Madeleine Proust tire sa révérence
La comédienne Lola Sémonin a interprété Madeleine Proust une dernière fois sur scène, dimanche.
A lire aussi

leparisien.fr, publié le lundi 04 juin 2018 à 09h17

Dans un Olympia plein à craquer, Lola Sémonin, alias la Madeleine Proust, a fait ses adieux dimanche soir après 30 ans de carrière. On se refuse à y croire.

« Vous voir tous debout, c'est la plus belle image ! » Il est 19 h 15 ce dimanche dans un Olympia plein à craquer, résonnant encore des rires qu'a provoqués pendant une heure trois quarts Lola Sémonin, alias la Madeleine Proust.

La comédienne l'assure. Elle raccroche la blouse, verte avec de mignons bouquets. Point final à trente ans de carrière. Final, vraiment ? Même pas un petit point-virgule ? N'y pensons même pas ! Son personnage de fermière dotée d'un hilarant bon sens près de chez nous ne peut décemment pas disparaître du paysage.

Retenons-la ! Séquestrons-la ! Allons la rechercher dans sa Franche-Comté. C'est dans nos cordes puisque, dit-elle, s'arrêter en Franche-Comté, c'est « n'être pas assez riche pour aller en Suisse ». Bref, refusons un futur sans les saillies de son passé.

Un spectacle hilarant

Quel festival ! La Madeleine Proust vit seule. Le facteur ne s'arrête plus. « Ce n'est plus la Banque postale, c'est la Poste bancale ! » Pour son anniversaire, elle a décidé de faire un gâteau et tente de joindre ses ami(e)s. « Rappelez-moi quand je serai là », intime l'un d'eux sur son répondeur. Madeleine a eu des douleurs au réveil. « A mon âge, si t'as mal nulle part, c'est que t'es morte. »

Ses petits-enfants la déroutent. Sa petite fille a une culotte « mais on ne voit que les contours ». Elle trouve que « le progrès, c'était mieux avant », se bat avec les boîtes vocales de la SNCF, disserte sur le mariage (« c'est un crucifié en plus et une vierge en moins »), sur les piercings de sa petite-fille (« c'est joli mais quand on a passé sa vie à voir des anneaux dans le nez des veaux... ») et constate que la casquette penchée sur l'oreille d'un retraité est « la seule chose qu'il a pu mettre de côté ».

La salle est en larmes de rire. Il ne faudrait pas qu'elle soit en larmes tout court de ne plus jamais revoir la Madeleine Proust. Signons une pétition.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.