Syrie: RSF veut que l'ONU protège les journalistes dans le sud du pays

Syrie: RSF veut que l'ONU protège les journalistes dans le sud du pays
Des frappes aériennes syriennes et russes sur la province de Quneitra, le 16 juillet 2018 dans le sud de la Syrie

AFP, publié le mardi 17 juillet 2018 à 13h27

L'ONG Reporters sans frontières (RSF) a demandé à l'ONU d'intervenir pour protéger des dizaines de journalistes "pris au piège" dans le sud de la Syrie, et qui craignent d'être la cible de représailles de la part du régime.

D'après un communiqué de l'ONG, "plusieurs dizaines de journalistes (sont) pris au piège dans le sud de la Syrie, depuis que l'armée du régime a repris la zone de Deraa", et certains "ont fait part à RSF de leur peur d'être exécutés ou jetés en prison dès que le régime aura pris le contrôle total de la province".

En effet, les journalistes qui ont couvert "la révolte (contre le régime d'Assad, ndlr) depuis ses débuts et ont collaboré à la documentation des violations des droits humains commises par le régime syrien" risquent d'être "assimilés à l'opposition" et pourraient du coup "subir des représailles particulièrement sévères", explique RSF.

"Une liste, compilée par les journalistes eux-mêmes, dénombre 69 journalistes en grand danger à Quneitra et Deraa", s'inquiète l'association de défense de la liberté de la presse : "Il s'agit de reporters travaillant pour les chaînes syriennes Orient News, Syria TV, Al Jisr TV, Halab Today TV, ou des collaborateurs des agences internationales AFP et Reuters, ou de correspondants de réseaux d'information et organisations locaux comme Yaqeen, Shahed et Nabaa".

Afin d'assurer leur protection, le secrétaire général de RSF, Christophe Deloire, a écrit le 11 juillet au secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres pour suggérer la mise en place d'"un corridor humanitaire ou un accès discret à un territoire en paix dans les pays limitrophes", ajoute l'organisation.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU