Stéphane Bern : «Nous allons aider les 250 monuments»

Stéphane Bern  : «Nous allons aider les 250 monuments»

Le Monsieur Patrimoine du gouvernement, l'animateur Stéphane Bern, annonce que les 250 monuments préselectionnés seront aidés.

leparisien.fr, publié le mardi 03 avril 2018 à 22h18

Réuni mardi à l'Élysée, le comité de sélection de la mission Bern a finalement décidé d'aider 250 projets au lieu des 120 envisagés, comme nous le révèle l'animateur.

Avec ses méthodes de hussard, Stéphane Bern a encore réussi son coup ! Réuni ce mardi à l'Élysée, sous la présidence d'Emmanuel Macron, le comité de sélection de la Mission patrimoine, menée par l'animateur, s'est rangé derrière son « patron ». Avec une mission : définir quels monuments pourront bénéficier du loto spécial de septembre, complété par un nouveau jeu de grattage. Prévu pour sélectionner 120 dossiers sur les quelque 250 présélectionnés, le comité a finalement décidé... de tous les retenir.

Comment s'est passée cette réunion ?

STÉPHANE BERN. Très bien ! Nous avons sélectionné les 13 projets emblématiques en métropole dont la photo figurera sur le jeu de grattage du loto (NDLR : en vente dès le 3 septembre). Pour la Martinique, nous avons sélectionné la maison d'Aimé Césaire. Il reste à valider les monuments pour la Réunion et la Guadeloupe.

Et pour les autres projets qui vont bénéficier d'une aide ? Vous avez fait un choix dans la liste de 250 projets publiée dans la presse ?

Finalement non. On ne va pas aujourd'hui la réduire à 120. D'abord, cela prendrait des heures de discussions. Et puis, cette liste a suscité tellement d'espoirs qu'on ne peut pas les décevoir. Mais attention : seuls les « emblématiques » seront entièrement financés. Les autres, nous pourrons simplement les aider.

Ce n'est pas ce qui était prévu ?

Non, c'est vrai... C'est à cause de moi et de mes méthodes. Je me suis excusé. Vous savez moi, on m'envoie des « éléments de langage » sur la mission. Mais je ne sais pas ce que c'est ! Et puis, il ne faut pas être mesquin : l'enjeu est trop important. Je suis sûr que nous arriverons à aider les 250 projets. Il faut juste que nous nous battions encore plus pour récolter davantage d'argent... J'ai dit a tout le monde autour de la table : « Qui peut le plus, peut le moins ».

Le président Macron ne vous demande jamais de vous calmer ?

Non. Il n'était pas choqué par l'idée des 250 monuments. Il m'a remercié pour le travail accompli et souhaite organiser des déplacements dans un certain nombre de monuments emblématiques.

Est-ce qu'au final cela ne va pas réduire la somme que vous pourrez accorder à chaque monument ?

Non, je ne crois pas. Il y a eu énormément de réactions après la parution de cette liste. Au niveau local, notamment. Des gens qui étaient contents qu'on parle d'eux. Cela va au contraire relancer l'intérêt et favoriser les dons, car beaucoup font déjà l'objet d'une campagne de financement. De son côté, le ministère a confirmé que les Drac (Direction régionale des affaires culturelles) les traiteront en priorité. La Fondation du patrimoine lancera également des opérations de collecte sur tous les monuments emblématiques.

Quel est le calendrier désormais ?

Dans la première quinzaine de mai, le président va vraiment lancer l'opération lors d'un déplacement à la Maison Pierre-Loti à Rochefort, en Charente-Maritime. Nous organiserons dans le même temps une grande réunion avec les porteurs de projets, les mécènes, les associations de défense du patrimoine...

Quand pourront commencer les travaux ?

Très rapidement, je pense. Sur les 15 à 20 millions que doit rapporter le loto, la Fondation du patrimoine va débloquer la moitié pour démarrer les chantiers. Afin que les premiers résultats soient visibles à la fin de l'année ou début 2019.

LIRE AUSSI >Pour sauver un musée de Lyon, Stéphane Bern «se sacrifie» le temps d'un déjeuner

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.