Slovaquie : une femme arrêtée pour avoir passé en boucle le même air de "La Traviata" pendant 16 ans

Slovaquie : une femme arrêtée pour avoir passé en boucle le même air de "La Traviata" pendant 16 ans
La dame diffusait un extrait de La Traviata chanté par le célèbre ténor espagnol Placido Domingo (photo)

, publié le samedi 11 août 2018 à 12h15

L'habitante de la commune de Sturovo (Slovaquie) voulait se venger des aboiements du chien d'un de ses voisins.

A en perdre la raison. Une femme a été arrêtée par la police slovaque pour avoir empoisonné la vie quotidienne de ses voisins avec une constance qui dépasse l'entendement : celle-ci a passé en boucle un extrait célèbre de l'opéra La Traviata de Giuseppe Verdi, pendant près de 16 ans.

Selon France-Musique, qui rapporte l'information vendredi 10 août, le morceau de quatre minutes était diffusé sur des hauts-parleurs et a retenti pendant des années dans le voisinage, sans que quiconque ne puisse arrêter le vacarme.



La groupie de Verdi vivait recluse dans sa maison, entourée de grillages et équipée de caméras de surveillance. Elle a commencé à imposer sa musique en représailles aux aboiements du chien de son voisin. Si le désagrément sonore causé par le canidé a cessé, ce n'est pas le cas pour celui provoqué par la férue de musique classique, qui a continué de passer son morceau préféré du matin au soir.

Cour Suprême vs. Traviata

La justice a rapidement été saisie, mais la femme répondait à chaque fois par des recours, faisant traîner la procédure. En 2015, la municipalité avait réussi à faire arrêter la musique par un arrêté interdisant le tapage, même musical. Las, deux ans plus tard, elle présentait une nouvelle injonction afin de faire casser l'arrêté par la justice, lui permettant de remonter le volume le temps que la machine judiciaire suive son cours. Après plusieurs décisions de justice favorables au maire et un avis ultime de la Cour Suprême slovaque, la dame a été arrêtée par la police et placée en détention provisoire. Elle risque entre 6 mois et 3 ans de prison.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.